BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Agression d’une famille, le procureur décide de ne pas reconnaître son caractère islamophobe

« Ici c’est la terre de jihad, vous êtes des diables, je suis Français moi, rentrez chez vous…»

Voilà un extrait des propos odieux qu’une famille a entendu samedi 16 août dans l’après-midi en prenant son bus. Le couple accompagné de ses deux enfants s’est fait violemment agresser par un homme d’une cinquantaine d’années.

C’est au moment de monter dans le bus que l’homme en question s’en prend d’abord à la mère de famille, enceinte de 5 mois, à qui il donne un violent coup de coude dans le ventre. Celle-ci, portant la poussette de son enfant en bas âge, perd alors l’équilibre et est rattrapée par son mari, qui écarte ensuite l’agresseur.

Mais l’homme ne s’arrête pas là, désignant la jeune femme, il vocifère “Toi tu ne rentres pas!”, puis lance sa pitoyable tirade du “rentrez chez vous”. C’est à ce moment que le mari tente d’intervenir, ce qui ne dissuade pas l’individu au contraire, puisqu’il l’agresse à son tour, lui attrapant la barbe en lui criant qu’il veut la lui couper. Pour libérer son visage, le mari donne une claque à l’homme en plein délire islamophobe.

A la suite de cette agression, la famille porte évidemment plainte et l’affaire est jugée en comparution immédiate au tribunal de Nanterre le lundi 18 août 2014.

 

  • Une décision de justice insatisfaisante

L’agresseur récidiviste sera condamné à 6 mois de prison ferme, ainsi qu’à 650 euros d’amende sans mandat de dépôt. Cela signifie que le coupable n’a pas été incarcéré le soir même, et qu’en fonction de ses garanties de représentation(travail, domicile etc.), des mesures alternatives à l’emprisonnement lui seront proposés (bracelet électronique, régime semi-carcéral)…

 

Le plus choquant dans cette histoire, c’est l’attitude de la justice face à cette famille violemment agressée parce que leur seul tort est d’être musulmans. Lors du rendu de sa décision, le procureur n’a pas reconnu la circonstance aggravante de violence en raison de l’appartenance religieuse des deux victimes, résumant cette agression à de simples violences provoquées par un moment de folie.

Le procureur justifie sa décision par sa volonté de ne pas “rajouter de l’huile sur le feu”, étant donné que l’homme s’en est également pris à des personnes noires et à des policiers par la suite, le motif des violences ne pouvait pas être, selon lui, qu’islamophobe. Me Guez Guez, avocat représentant la famille agressée, a alors justement rétorqué que c’est “en niant le caractère islamophobe de l’agression que l’on suscite d’avantage de frustration chez une population déjà largement stigmatisée”. “Le déni de justice crée la première injustice” a t-il déclaré

  • Le deux poids, deux mesures doit cesser : l’islamophobie doit être reconnue comme une discrimination spécifique

 

Outre la malhonnêteté intellectuelle des arguments du procureur, ils sont tout à fait indécents. Qu’en est -il alors de Mohammed Merah ? Les motivations antisémites du personnage n’ont pas été remises en cause, lorsque celui-ci s’en est pris à des enfants de confession juive, alors même qu’il avait déjà assassiné des militaires.

Me Guez Guez exprime sa déception face à ce jugement. “La lutte contre l’islamophobie, doit passer la reconnaissance de la spécificité de cette discrimination. Il faut que chaque fois que nous sommes face à une situation islamophobe que celle ci soit objectivement dénoncée en tant que telle. Tant que l’on niera le statut de victime à ces personnes atteintes dans leur chair et dans leur honneur parce que musulmane, il n’y aura pas de justice.”

Related Posts

Comments (3)

La malhonnêteté intellectuelle du procureur qui avait tout les éléments pour qualifier ce délit en acte islamophobe. Ce type de position de la part d’un magistrat est insupportable pour nous Français issue de la minorité musulmane. C’est une insulte que la justice nous jette à la face à chaque fois qu’elle feint de ne pas voir ces délits islamophobes. Cet aveuglement crée les rancœurs et contribue à cliver les Français.

Tout simplement c’èst visiblement un déni de justice.Fait prévu et réprimé par l’article 434-7 du code de procédure pénale et si à ce moment là du procès l’islamophobie èst considéré comme délit ou pas.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.