BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Burkini, le règlement d’une piscine privée jugé discriminatoire par le Défenseur des droits

#

Le 8 janvier 2016, Ania* décide de s’inscrire dans une piscine privée située en Ile-de-France. Cette piscine est sous contrat avec la municipalité de la ville. La jeune femme explique que deux jours avant son inscription elle informe le directeur qu’elle compte porter le burkini à la piscine.

“Il était d’accord mais nous avions convenu qu’il allait en parler à la direction régionale”, résume-t-elle. Une fois la direction régionale informée, Ania* reçoit l’information que le port du burkini ne posera pas de problème. Son inscription validée, elle paie et peut enfin profiter de ce service privé.

“Je m’y suis rendue trois soirs, les 8, 10 et 11 janvier. dès le premier jour j’ai eu droit à des remarques du maître nageur, il n’était pas d’accord avec le fait que je porte le burkini et m’a fait savoir qu’il ferait remonter l’information”, raconte Ania. Le 14 janvier, la jeune femme est contactée par email par la direction de la piscine afin de convenir d’un rendez-vous pour parler de sa tenue vestimentaire. Le directeur lui explique également lors d’un échange téléphonique que des usagers se seraient plaint de sa tenue et qu’elle ne pourrait plus venir se baigner dans ces conditions. Il est utile de rappeler ici que le règlement intérieur ne faisait aucune mention de cette interdiction de port du burkini qui, par ailleurs, se serait révélée illégale.

Ania a saisi le CCIF et, accompagnée par le pôle juridique, la jeune femme a saisi le Défenseur des Droits. Le 15 janvier dernier, la décision est tombée. Le Défenseur des Droits confirme la discrimination signalée par le CCIF, considérant que la société de piscine privée a discriminé Ania. En effet, la décision rendue est clair. De ce fait, le Défenseur des Droits a demandé à la société de modifier son règlement intérieur afin d’en rendre le code vestimentaire non-discriminatoire et a recommandé la réparation du préjudice subi par la plaignante.

L’islamophobie prend différentes formes. Quelles qu’elles soient, il faut condamner les discriminations  avec la plus grande vigueur et les contester afin de faire respecter le droit en vigueur.

Ensemble Nous Sommes Plus Forts.

Soutenez le CCIF : Faites un donAdhérez

* Prénom modifié

 

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.