BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Discrimination, islamophobie et délation ; retour sur le procès en appel du docteur X

#

“ Je lui ai dit qu’elle avait une attitude intégriste dans le contexte de l’état d’urgence”, tels sont les propos du docteur X, exerçant à Libourne au sujet d’une patiente portant le foulard.

Le faits se sont déroulés le 17 décembre 2015. Karima* accompagne son fils, alors âgé de 9 ans, lors d’une consultation avec le docteur X, ORL du centre hospitalier de Libourne. Elle souhaite avoir l’avis du spécialiste car son fils nécessite une opération chirurgicale.

Le rendez-vous se déroulait sans la moindre anicroche jusqu’à ce que docteur X décide d’interpeller Karima. “Depuis combien de temps êtes vous en France ?”, la mère de famille lui répond patiemment et le praticien lance, sans transition, “savez-vous que le foulard que vous portez est un signe de non-intégration ?” Par la suite il va jusqu’à sommer Karima de porter un foulard bleu-blanc-rouge. Le ton du médecin monte et Karima prend peur, l’homme tape du poing sur la table et crie que “nous sommes en guerre” et que Karima doit savoir dans quel camp elle est.

Traumatisée et sous le choc, Karima décide de quitter la salle de consultation avec son fils. “J’ai immédiatement pris la décision que je n’allais pas laisser la vie de mon fils entre les mains de ce médecin raciste et islamophobe”

Suite à cet incident, Karima saisit le CCIF. Le docteur Lebreton quant à lui se lance dans une cabale qui ne dit pas son nom et fait un signalement auprès de la gendarmerie pour “suspicion d’intégrisme islamique.” Tout un programme pour un médecin qui semble bien loin du serment d’Hippocrate, dont voici un extrait ; Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. “

Soutenue par le CCIF, Karima dépose une plainte auprès de l’Ordre des médecins pour “propos incitant à la discrimination, à la haine et à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur appartenance vraie ou supposée à la religion musulmane”. Conformément à l’article L.4123-2 du code de la Santé Publique, le Conseil Départemental s’associe à la plainte de Karima.

L’Ordre des médecins se rapproche alors du praticien pour recueillir sa version des faits. Vous pouvez consulter la réponse du docteur Lebreton ici :

En février 2017, la chambre disciplinaire d’Aquitaine de l’Ordre des médecin prononce la suspension pour 6 mois dont 3 avec sursis à l’encontre du docteur X. Ce dernier a fait appel de la décision. L’audience s’est tenue le 17 janvier 2019 et nous en saurons plus sur la décision de la Chambre Disciplinaire Nationale de l’Ordre des Médecins dans 8 semaines. D’ici là, n’hésitez pas à adresser vos messages de soutien à Karima ainsi qu’à son fils.

*Prénom modifié

% commentaires (6)

Nous sommes avec vous avec nos cœurs et nos prières. Continuez votre combat et ne fléchissez pas. Votre combat est celui de toute femme portant le foulard.
La justice finira toujours par s’imposer.

Un énorme big up au ccil vous nous levez la tête à tous les musulmans il y a eut tellement de violences verbales injustes a notre égard. Un énorme bravooo a karima d’avoir été jusqu’au bout, je vous souviens

Je salue votre courage et votre détermination face à la réaction honteuse de ce médecin racisme et islamophobe . Nous gagnerons grâce à Dieu et à la vérité

Courage ma soeur et ne lache pas l’affaire face a ce debile mental!

Merci pour ce que vous faites. Nous participons au développement de ce pays.
Notre droit être respecté comme tout autre citoyen.

Merci encore au CCIF.

Je suis pas certains qu’il aurait eu la même réaction face à un homme portant la barbe…Décidément le courage s’affiche souvent face à des femmes…Merci au CCIF pour votre travail qui permet de nous défendre face à ce type d’énergumène… Courage à Karima et à son fils

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.