BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Journée internationale du vivre-ensemble en paix

#

Le 8 décembre 2017, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution A/RES/72/130 proclamant le 16 mai Journée internationale du vivre-ensemble en paix. Selon l’ONU, cette journée est un moyen de mobiliser régulièrement les efforts de la communauté internationale en faveur de la paix, de la tolérance, de l’inclusion, de la compréhension et de la solidarité, et l’occasion pour tous d’exprimer le désir profond de vivre et d’agir ensemble, unis dans la différence et dans la diversité, en vue de bâtir un monde viable reposant sur la paix, la solidarité et l’harmonie. 

La crise sanitaire que nous traversons nous a démontré le profond enracinement de l’intolérance, et ce sous ses différentes formes (islamophobes, négrophobes, anti-tziganes etc.), en France comme dans le monde. La Rapporteure spéciale des Nations Unies sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et d’autres formes d’intolérance, Tendayi Achiume, dénonce les “entrepreneurs de l’intolérance” et explique ”dans des situations d’urgence comme celles que nous connaissons aujourd’hui, les problèmes sous-jacents qui existent sont tout simplement exacerbés. Beaucoup des groupes visés étaient déjà sujets à une intolérance latente, à la xénophobie et aux préjugés.”1 

Nous ne pouvons que rejoindre son analyse. La menace portée par un virus pourtant aveugle n’en a pas moins entrainé une résurgence d’intolérance et de rejet, notamment à travers une augmentation de discours de haine en ligne. Comme le précise le Secrétaire Général de l’Onu, Antonio Gutierres : “le virus ne discrimine pas, contrairement à ses impacts.”2  

Nous souhaitons que cette journée rappelle à tous que la différence de culte, d’ethnie ou de culture n’est pas synonyme de danger civilisationnel ou d’extrémisme violent. L’existence de minorité religieuses ou ethniques au sein d’un Etat ne prophétise pas la mort de la majorité. Si leur présence établit la différence religieuse et ethnique des citoyens, seul le traitement qui leur est réservé permet de comprendre quel sentiment prévaut au sein du pays. 

Puisse cette journée être un moyen de rétablir le sentiment d’inclusion comme sentiment majoritaire.   

Vivre ensemble, c’est être capable de vivre en paix dans la différence. 

  1. https://news.un.org/fr/story/2020/04/1066842
  2. https://www.un.org/en/un-coronavirus-communications-team/we-are-all-together-human-rights-and-covid-19-response-and

Comments (1)

Salam aleykoum, ce salut contribue t-il au vivre ensemble …

Le vivre ensemble est d’abord et avant tout d’ordre social avec une farouche volonté des classes sociales dites “supérieures” de se démarquer spatialement du reste de la population.Cette volonté se caractérise par un esprit ghetto qui veut que l’entre soi ,soit le principe qui guide ceux qui se pensent bien nés.Que de scandales à l’évocation de quelques logements à loyer modéré qui verraient le jour dans les quartier dits “huppés” .que de barrières mentales et physiques pour empêcher toute espèce de mélange de “torchons et de serviettes” !!!
Que d’enclaves protégés,gardés,vidéo-surveillés pour se prémunir de ces classes dangereuses que sont les damnés de la Terre.
La journée du vivre -ensemble devrait se muer en année : 365 jour/an pour faire tomber des barrières érigées pour mieux diviser.Le veulent-ils vraiment ?

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.