BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Pourquoi les chiffres du CCIF sont-ils différents de ceux du Ministère de l’Intérieur ?

#

Ce 26 janvier, le Ministère de l’Intérieur a publié un communiqué de presse rapportant les données sur les faits racistes qu’il a recensés en 2019. Concernant les actes islamophobes, les chiffres du Ministère de l’Intérieur sont nettement inférieurs à ceux du CCIF, comme d’ailleurs l’an dernier (100 pour le Ministère, 676 pour le CCIF) :

« Quant aux faits antimusulmans, leur nombre demeure relativement faible (154 faits, qui se décomposent en 63 actions et 91 menaces), mais il est en hausse par rapport à 2018, où l’on avait dénombré 100 faits. Là encore, l’essentiel des actions concernent des atteintes aux biens religieux. » (Ministère de l’Intérieur, 26 janvier 2020).

Notons au passage que ce nombre « relativement faible » (sic) est déjà de trop, et que globalement, le communiqué du Ministère tend à invisibiliser la haine dirigée contre les personnes de confession musulmane, alors que nous avons eu une année 2019 extrêmement difficile, et notamment après l’attaque à la Préfecture de Paris, très chargée en actes, propos, discriminations, menaces, violences, attaques à caractère islamophobe, comme nous le démontrons dans notre rapport (qui sera publié prochainement).

À titre d’exemple, comme le montre cette vidéo investigation publiée par Radio France le 24 janvier, le Ministère de l’Intérieur a suspendu des policiers de confession musulmane sur base de soupçons et de dénonciations calomnieuses : c’est cela que nous appelons l’islamophobie institutionnelle, qui s’est considérablement développée depuis l’état d’urgence. Il n’est donc pas étonnant que nos chiffres soient bien plus importants que ceux du Ministère (cela sans compter le phénomène de sous-déclaration, qui fait qu’un pourcentage très faible des actes racistes sont signalés).

Le Ministère de l’Intérieur sera-t-il capable un jour de recenser les faits antimusulmans dont il est lui-même à l’origine ?

Comments (4)

Salam aleykoum (ce salut est-il communautariste ?)
Les chiffres politiques du ministère tendent à minimiser un phénomène qui mettrait au pilori un pays qui se targue d’être à la pointe du combat anti raciste.
Les chiffres sont d’autant plus faux qu’une multitude d’actes et paroles touchent majoritairement les femmes musulmanes qui se font insulter, cracher dessus, arracher leur hijab dans les lieux publics, les transports, dans la rue. Les victimes n’ont pas le réflexe de porter plainte, pensant sans doute que cela ne servirait à rien. Du coup, elles serrent les dents, s’en remettant à leur Seigneur dans ces épreuves qu’elles traversent et démontrent par leur courage que chouiner ne sert à rien.

Parlons de courage: lorsqu’une jeune fille, à visage découvert, après s’être faite insulter, dérape en insultant une religion (ce qui est peut être regrettable, mais pas illégal, enfin pas encore dans notre pays laïc) et que des milliers de fidèles anonymes de la même religion la menacent de mort (ce qui est illégal), où est le courage ? La jeune fille aura beau serrer les dents…

Tu utilises un épi phénomène monté en épingle pour nous faire une généralité. Ne réagis-tu qu’aux stimulus de l’actualité brûlante ?

Ben ouais .. 250 morts en France victimes de la religion de paix er d’amour c’est pas une actualité brulante mon Daron , imaginons l’inverse , 250 morts musulmans victimes de blancs suppremacistes que n’aurait du dis , relayé en boucle par les islamolatres de services !?

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.