BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Est-ce que les musulmans vous dérangent ?

#

À la demande du site web VieHealthy.com, l’Ifop vient de publier une étude statistique sur les pratiques des Européennes en matière de nudité sur les plages. Cette étude (1) faite en avril a été augmentée en juillet suite aux récentes polémiques sur le burkini et fait état de données inquiétantes.

Il apparaît clairement que Vie Healthy et l’Ifop veulent surfer sur la vague du buzz, puisque l’étude sur le « (dé)voilement » s’est réalisée trois mois plus tard que leur étude initialement prévue sur le comportement des femmes européennes dans les plages publiques (environ 5000 femmes interrogées principalement à propos du topless). Du 9 au 11 juillet, donc après la nouvelle polémique sur les femmes en burkini à Grenoble, l’Ifop a réalisé un sondage auprès de 2026 français de plus de 18 ans (cette fois-ci des femmes et des hommes).

Ce basculement soudain vers un autre approche montre clairement la limite et les contradictions de la démarche : tout comme l’incapacité des médias à écouter les femmes qui portent le foulard, on voit clairement (et l’Ifop prend bien soin de mettre ces données en exergue), que ce qui les intéresse, c’est moins la parole des femmes musulmanes et la manière dont elle conçoivent le rapport à leur corps (ce qui était le cas pour les questions concernant le topless), que le fait de démontrer qu’il y a un problème avec les musulmans, les noirs et les arabes.

Profil des Français dérangés en voyant une femme faire du « topless » sur une plage

Passons sur le fait que le sondage adopte une méthodologie qui pose beaucoup de questions, notamment sur la légalité de traiter des statistiques ethniques et en lien avec les appartenances religieuses (nous avons à ce sujet saisi l’Ifop afin d’obtenir le détail de leur travail, qui fera l’objet d’un nouvel article prochainement). Non content de viser les musulmanes qui portent le foulard (imagine-t-on le même sondage par rapport à la kippa ?), le sondage pratique également un profilage inquiétant sur ce que penserait la communauté musulmane dans son ensemble : ainsi, il est dit que « les personnes de confession musulmane se distinguent nettement du reste de la population par la gêne que suscite chez elles la vue d’une poitrine dénudée sur la plage ».

Quel est l’objectif d’une telle conclusion, et que signifie-t-elle ? Que les personnes de confession musulmane ont un rapport au regard et au corps différent des personnes qui ne sont pas de cette confession ? Où serait le problème de cette vision, sachant qu’elle est également partagée par des personnes de confession chrétienne ? A-t-on seulement, à un certain moment, établi une quelconque résonance entre les femmes musulmanes qui portent le burkini et les femmes européennes qui préfèrent ne pas montrer leurs formes ?

Mais la question en réalité est plus simple, et ne nécessite même pas de sondage : sur la scène publique, combien de revendications qui visent l’interdiction du topless recense-t-on de la part de personnes de confession musulmane ? Combien de communiqués ? Combien de manifestations ? Combien de positions publiques ? Combien de sorties médiatiques ? Très peu, voire aucune. Par contre, combien de revendications visant à interdire le burkini recense-t-on depuis 2016 ? Combien d’arrêtés ? Combien de sorties médiatiques ? On vous laisse compter.

Ce sondage (et surtout les conclusions qui en sont tirées par Vie Healthy) veut diviser la France en insinuant que les musulmans veulent imposer leurs règles sur les plages publiques (en portant le burkini et en interdisant le topless) et que le grand problème civilisationnel de la France serait de savoir comment doivent s’habiller ses citoyennes. Encore une fois, cette étude démontre que c’est le regard de l’autre qui conditionne la liberté vestimentaire des femmes. La rhétorique employée et la manière de présenter la communication autour de l’étude insinue presque que l’islam est en train d’imposer sa vision de la pudeur à la civilisation française…

Or, ce que montre surtout ce sondage, et qui nous inquiète au plus haut point s’il s’avère vrai, ce sont ces deux points :

1.    66% des Français veulent une loi qui interdit le burkini sur les plages Françaises, et se mettent en désaccord avec la laïcité de notre pays, rappelée par le Conseil d’État en 2016. On peut en déduire que 66% des Français n’ont pas compris laïcité et/ou ont un problème avec la visibilité des musulmanes, ce qui rappelle fortement les polémiques autour de la loi de 2004 qu’on peut considérer comme une entorse au principe de laïcité (qui garantit la neutralité des agents des services publics et non de leurs usagers).

2.    47% des Français sont gênés de voir une femme qui porte le foulard dans la rue. L’information est relativement discrète dans la présentation de l’Ifop, mais est encore plus problématique que toutes les autres données, puisqu’elle va à l’encontre des libertés fondamentales et soutient les thèses fascistes de notre pays (on sait que Marine Le Pen veut interdire le voile dans la rue ; elle a aujourd’hui de quoi soutenir politiquement sa demande liberticide).

Voici une démonstration magistrale de la manière dont se construit médiatiquement le « problème musulman » en France. L’Histoire retiendra que ce sondage a participé à l’islamophobie qui est en train de détruire la liberté dans notre pays, et qu’il a, au fond, insidieusement posé une question troublante que l’on ne voyait jusqu’à présent que dans la fachosphère : est-ce que les musulmans vous dérangent ?

(1)  Dont certaines données remontent à 2009, à 2013 et à 2016.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.