BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

« La loi de 1905 n’instaure pas de police du vêtement »

#

En réaction à l’énième débat sur le burkini et la tenue des femmes de confession musulmane, le mouvement féministe Planning Familial 38 a produit un communiqué limpide qui, en plus de rappeler que le burkini ne pose pas de problèmes de laïcité, ni d’hygiène ou de sécurité, démontre que ces affaires ont à nouveau pour effet une « discrimination et une stigmatisation à l’encontre d’un groupe de personnes spécifique ».

Cette prise de position rappelle que certaines personnes qui se sont proclamées porte-paroles de la libération des femmes dans les médias ont parfois du mal à écouter celles qu’elles prétendent défendre. Cette atmosphère contribue à faire du corps des femmes un interminable objet de débat, et installe dans notre pays une police du vêtement fortement critiquée par le Planning Familial 38 : « Nous vivons dans un monde d’injonctions, majoritairement liées aux corps, et particulièrement au corps des femmes. »

Contrairement à celles et ceux qui veulent exclure de leur champ de vision les femmes qui portent un foulard (sous prétexte de les libérer du patriarcat religieux), ces femmes, premières concernées, qu’elles soient dans une piscine, dans un entretien d’embauche ou même dans la rue ne disent qu’une chose : nous pouvons vivre ensemble, travailler ensemble, sans faire de nos différences vestimentaires un obstacle au partage citoyen.

Les véritables acteurs de l’exclusion et du rejet sont ceux qui, au nom d’un prétendu « universalisme », sont capables de renoncer à la laïcité en la transformant en sorte de croisade antireligieuse, alors que son principe est simple : la laïcité n’est pas une opinion, c’est la liberté d’en avoir une.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.