BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Comment le Printemps Républicain a fait plier la députée Laetitia Avia en moins de 24h afin de faire retirer la mention du terme islamophobie d’un projet de loi

Mardi 18 juin, la députée Laetitia Avia annonçait sur les réseaux sociaux le début de la commission parlementaire de son projet de loi contre la haine en ligne.

Très vite, son projet de loi a retenu l’attention de certains internautes. Et pas des moindres…la fine équipe du Printemps Républicain.

La raison ? Dans le texte original, la députée comptait parmi les actes haineux sur internet l’islamophobie.

Voici comment la stratégie de pression médiatique s’est organisée en quelques tweets afin d’imposer le retrait du terme islamophobie.

La tactique est simple : plusieurs comptes anonymes font “monter la pression” en réponse au tweet initial. Puis des comptes officiels viennent se positionner. L’arrivée des comptes officiels s’est faite ici très tôt le matin et en groupe.

Acte 1 : l’initiateur

Rappelons que le tweet original de Laetitia Avia date du 18 juin à 13h27.

Le 19 juin à 4h16 du matin Gilles Clavreul tweet ceci :

Acte 2 : Effet boule de neige

Et c’est Caroline Fourest, celle qui a fait carrière sur une instrumentalisation mensongère du terme islamophobie pendant des années, qui s’y colle. 38 minutes après le tweet de Gilles Clavreul  :

Elle est suivi de près par le compte officiel du Printemps Républicain à 5h06 du matin :

Puis par Laurent Bouvet, co-fondateur du Printemps Républicain 7 minutes plus tard :

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le Printemps Républicain, ce sont leurs pairs qui en parlent le mieux ainsi que de leur obsession pour l’islam. Lire cet article de Regards ‘Le Printemps Républicain, un boulet aux pieds du parti socialiste”.

L’acte 3 est celui de la capitulation. Comme c’est de bonne guerre, ce sont les vainqueurs qui font état de leur victoire en premier. ainsi, Caroline Fourest va annoncer le changement de position de la députée avant même cette dernière !

Laetitia Avia suivra en postant son changement de cap ainsi qu’une justification 29 minutes après Caroline Forest :

Ces méthodes poussent à s’interroger. Pourquoi une députée LREM cède à la pression d’un lobby chez qui la simple utilisation du terme islamophobie suscite l’ire ? Quelle est la légitimité du Printemps Républicain ? Pourquoi ces militants trouvent-t-ils une oreille attentive auprès de représentants du gouvernement ?

Pour rappel : Définie comme l’ensemble des actes de discrimination ou de violence contre des individus ou des institutions en raison de leur appartenance réelle ou supposée à l’Islam, l’islamophobie se présente comme l’expression acceptable d’un racisme qui ne dit pas son nom.

Ce type de pression sur de tels projets est un risque majeur pour le vivre ensemble. L’islamophobie est une réalité que certains tentent de camoufler. Nous invitons sérieusement @LaeticiaAvia à consulter notre dernier rapport et à prendre conscience des enjeux d’un tel revirement

Related Posts

Comments (1)

Certains des arguments présentés pour retirer le mot islamophobie de la loi sont clairement proférés par des intolérants. D’un autre côté, je ne vois pas quel inconvénient il y a à remplacer le mot islamophobe par antimusulman.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.