BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

« Le port du bonnet, de la casquette, du foulard, ne sera accepté ni en salle de code, ni en leçon de conduite, ni en examen. »

#

Nous avons tous été confrontés à la difficulté et au stress de l’examen du permis de conduire. Nina* et Selma* ont eu droit à une toute autre forme de stress. Celle générée par la politique islamophobe de la direction de leur auto-école.

Nina* a 23 ans lorsqu’elle s’inscrit dans cette auto-école basée dans la région Centre-Val de Loire. La jeune femme, qui a déjà validé l’examen théorique dans un autre établissement, souhaite passer l’examen pratique. Son parcours suit un chemin classique jusque là. La jeune femme s’exerce mais échoue lors de l’examen, en octobre 2015. L’examinatrice lui fait alors une remarque, que Nina ne prend pas immédiatement au sérieux. “Elle m’a dit que lorsque je faisais mes angles morts, elle ne voyait pas bien si je les faisais bien car mon voile la gênait”. La jeune femme décide de laisser du temps passer avant de reprendre des heures de conduite.

En janvier 2017, Nina est motivée à réussir son examen. Elle demande donc des heures afin de s’exercer. “Je me rappelle, c’était un mardi. Je me suis présentée pour mon heure de conduite et le moniteur m’a demandé de retirer mon foulard. Sous la pression et le stress, j’ai vraiment cru que ce qu’il me demandait était légal.” Cependant, le moniteur ne va pas en rester là : “Il a vu que j’avais un bandana sous mon foulard et m’a demandé de le retirer également, il m’a parlé du règlement de l’auto-école et j’ai pris peur car mon code expirait en septembre de la même année, mais je me suis sentie très mal à l’aise”.

Nina tente de venir avec un bonnet d’hiver, même discours de la part du personnel de l’agence. Elle est ensuite informée que la directrice souhaite absolument la voir. Le jour du passage de son examen, Nina découvre que la directrice a pris la place de son moniteur sur la plage arrière. Très stressée, elle échoue une nouvelle fois. Lorsqu’elle vient ensuite demander de nouvelles heures de préparation, la directrice insiste pour lui parler et lui indique sur un ton virulent qu’elle n’avait pas à se présenter à l’examen avec un bonnet. “Elle m’a dit : ‘Si tu le retires, on te reprend’. C’est à ce moment que j’ai décidé de contacter le CCIF. J’ai demandé à recevoir le fameux règlement intérieur mais elle a refusé. D’ailleurs, après ma demande, elle m’a dit que même si je souhaitais revenir, elle ne m’accepterait plus.”

Peu de temps après cette affaire, le CCIF est saisi une nouvelle fois au sujet de cette auto-école pour des faits similaires. Selma*, qui a souhaité s’inscrire, a essuyé un refus catégorique de la part de la directrice. “Ca s’est passé devant plusieurs personnes ; je venais déposer mon dossier après m’être entretenue avec eux au téléphone et elle m’a dit que pour rentrer dans la salle de code, je devais retirer mon foulard”. Choquée et humiliée, Selma perd ses moyens et quitte l’établissement en larmes. “J’ai directement contacté le CCIF, une juriste m’a rassurée et conseillée. J’y suis retournée le lendemain pour demander une copie du règlement intérieur sur lequel était indiqué que les couvre-chefs, dont le foulard, étaient interdits”.

En effet, le règlement intérieur indique dans l’article 2 :

“Le port du bonnet, de la casquette, du foulard, ne sera accepté ni en salle de code, ni en leçon de conduite, ni en examen.”

Nina et Selma sont accompagnées par le CCIF depuis deux ans et elles ont décidé de porter plainte. Aujourd’hui devait avoir lieu le procès contre l’auto-école et pour la seconde fois, ce procès a été reporté.

Le combat de ces jeunes femmes doit être soutenu par le plus grand nombre. Elles-mêmes le disent : elles ne portent pas plainte seulement pour leur cas, mais “pour toutes celles qui sont victimes d’islamophobie. On entend toujours que les femmes voilées sont soumises et dépendantes, alors que lorsque je veux conduire et être indépendante, on me le refuse !”, résume Selma.

N’hésitez pas à adresser vos messages de soutien à ces deux jeunes femmes très courageuses. Les procédures judiciaires sont parfois très longues, les affaires Babyloup et celle, plus récente, d’Asma nous l’ont rappelé. Il est important de faire valoir vos droits et le CCIF est là pour vous.

Enfin, le travail du CCIF perdure notamment grâce à votre soutien qui est gage d’indépendance également. Soutenez-nous afin de permettre d’être encore plus nombreux à défendre vos droits.

#EnsembleNousSommesPlusForts

*Prénoms modifiés

Related Posts

Comments (12)

Je travaille dans une auto-ecole et jamais je ne me permettrais d’interdire aux élèves de porter un foulard, une casquette, un bonnet… en salle de code. A carrefour, on a bien le droit de faire nos courses comme ça et c’est partout pareille. Pour les heures de conduite, le voile peut être adapté si vraiment il gêne mais il suffit de le demander. J’espère que vous irez au bout de cette démarche car toute forme de racisme est interdite et intolérable. Bon courage à vous.

Asslamo alaykoum / bonjour
Merci au CCIF de soutenir tous les imprimés . Et force à celles et ceux qui subissent toutes sortes de racisme !!

Courage à vous !! Nous sommes de tout cœur avec vous! Cest une épreuve difficile et Allah éprouve ceux qu’Ils aiment, vous êtes forte macha Allah

La mesquinerie continue.

Ne lâchez rien face aux injustices. Bon courage. Vous avez tout mon soutien

Salamou alaykoum,
Les anciens disent : ton droit tu dois l’arracher, n’attend pas qu’on te le donne. Continuez votre combat pour vous et pour toutes les Musulmanes qui subissent ou qui ont subit ce genre d’injustice.
Ne baissez pas les bras, changez d’auto-école, ayez votre permis, mais ne lâchez rien.
Que dieu vous garde et vous protège.

Salamou alaykoum,
Les anciens disent : ton droit tu dois l’arracher, n’attend pas qu’on te le donne. Continuez votre combat pour vous et pour toutes les Musulmanes qui subissent ou qui ont subit ce genre d’injustice.
Ne baissez pas les bras, changez d’auto-école, ayez votre permis, mais ne lâchez rien.
Que dieu vous garde et vous protège.

Ils vont vraiment trop loin!!! On nous empeche d’étudier, de travailler et meme de conduire maintenant, et après ils vont dire que la femme musulmane est soumise et dépendante de son mari, mais comment faire autrement ds cette société qui nous opprime…
En tout cas courage à vous, et merci de ne pas vous laisser faire, qu’Allah vous accorde la victoire sur ces injustes, amin

Force à vous Mesdames !

Salam aleykoum,
Il va peut être falloir que les musulmans deviennent réellement communautaristes afin de ne plus servir de serpillère aux tout venant islamophobe !!!

Merci pour votre combat, continuez à réclamer justice pour qu’ils sachent que nous ne fermerons pas les yeux.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.