BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Le CCIF émet des recommandations à l’OSCE en présence de la France

#

Les 1 et 2 avril derniers, le CCIF s’est rendu à la conférence de l’OSCE “Pour l’application des principes de tolérance et de non-discrimination, notamment la promotion et la protection de la liberté de religion et de conviction”, à Vienne. Le CCIF a tiré la sonnette d’alarme sur les chiffres de l’islamophobie en France et a rappelé qu’il s’agit d’un racisme genré, intersectionnel et transversal.

Entendu par l’OSCE en présence de la délégation française et des délégations des Etats participants, du représentant du Conseil de l’Europe et de nombreux acteurs de la société civile internationale, le pôle international du CCIF a émis des recommandations destinées à la France et à l’OSCE.

Le CCIF a notamment rappelé la nécessité de reconnaître l’islamophobie comme une forme spécifique de racisme et d’en faire une cause nationale et internationale, comme cela est déjà le cas pour d’autres formes de racisme.

Nous avons interrogé la France sur ses intentions de contrecarrer cette islamophobie ouvertement genrée. Pendant la prise de parole, nous avons souligné la nécessité de mise en place de campagnes de sensibilisation à l’intention de la communauté éducative sur les notions de laïcité et de discriminations religieuses à l’école, en vue d’une meilleure appréhension de l’égalité filles/garçons et de l’égalité des chances.

Le CCIF a invité la France à dresser un bilan qualitatif et quantitatif de la loi du 15 mars 2004 depuis son entrée en vigueur puis, de renouveler l’expérience tous les deux ans et d’en tirer des conclusions. De la même façon que le CCIF demandait à la France d’établir un bilan des conséquences sur les femmes musulmanes portant le foulard, depuis l’introduction du principe de neutralité au travail (le droit pour les employeurs de remercier un individu pour son apparence religieuse).

La délégation française a utilisé son droit de réponse pour s’adresser au CCIF et rappeler qu’un plan national français à 4 niveaux est mis en place pour lutter contre les discriminations religieuses y compris les discriminations contre les musulmans. La France a également manifesté sa volonté de travailler en coopération avec le CCIF dans l’échange des chiffres sur l’islamophobie, reconnaissant que les chiffres annoncés par le gouvernement étaient nettement inférieurs à ceux comptabilisés par le CCIF.

Le travail continue et la lutte est encore longue.

Soutenez le CCIF et créons ensemble un réseau puissant contre l’islamophobie.

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.