BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Exclue d’un salon de coiffure en raison du port d’un signe religieux

Le 8 juillet 2016, Hena* accompagnait sa mère dans un salon de coiffure de Marseille quand elle a été priée de sortir parce qu’elle « portait un voile intégral ».

Si la loi du 10 octobre 2010 sur la dissimulation du visage prohibe effectivement le port du « voile intégral », Hena, vêtue d’un simple jilbeb (long foulard ne dissimulant pas le visage) était parfaitement dans ses droits en rentrant dans ce salon de coiffure.

En revanche, les gérants de ce commerce étaient dans l’illégalité en refusant l’accès à cette jeune fille en raison de son appartenance religieuse. La victime avait de suite alerté la direction générale de Jean-Claude Biguine. Celle-ci lui avait confirmé que ces agissements ne faisaient ni partie de leur politique, ni de leur réglementation et qu’un rappel à l’ordre sera fait auprès de ce salon de coiffure.

Son témoignage :

« Le 8 juillet 2016 j’ai accompagné ma mère au salon de coiffure Jean-Claude Biguine à Marseille La Joliette.

Je rentre, on nous installe, je prends un magazine. Une employée vient vers moi et me dit : « Par contre je vais vous demander de sortir car nous n’acceptons pas les femmes voilées et c’est un salon privé et cela fait partie du règlement intérieur ».

Choquée, j’ai mis du temps à réagir car je m’y attendais pas du tout alors je lui réponds que c’est un salon privé certes, mais ouvert au public.

Elle me dit que je peux attendre dehors devant le salon si je le souhaite.

Cette phrase m’a bouleversée, c’était me demander d’attendre devant le salon, comme un chien à qui on interdirait l’accès à l’entrée d’un commerce.

Je me suis sentie vraiment rejetée. Depuis ce jour je suis très anxieuse quand je me rends dans les magasins. »

Informée de ce signalement, notre antenne locale du CCIF à Marseille a procédé à une vérification des faits, comme pour tout autre dossier que nous recevons. A cet effet, une bénévole de l’antenne locale, Nathalie, a effectué une vidéo de testing en recréant exactement les mêmes conditions pour lesquelles Hena* avait été exclue.

Revêtue d’un jilbeb, elle s’est rendue en septembre dernier dans le même salon de coiffure…et le même résultat a pu être constaté : l’exclusion pure et simple de Nathalie, en raison du port de son long foulard, la gérante reconnaissant explicitement dans la vidéo qu’il ne s’agit pas d’un « voile intégral ».

Trois faits ont particulièrement attiré notre attention après visualisation de cette vidéo :

  • 1/ La gérante se prévaut d’un règlement intérieur de la franchise pour justifier ses positions discriminatoires. Contactée, la direction générale de Jean-Claude Biguine a démenti l’existence d’un tel règlement.
  • 2/ Elle admet reproduire ce comportement discriminatoire, en toute impunité.  
  • 3/ Les personnes de confession juive sont également visées par les pratiques discriminatoires de ce salon de coiffure. Ces pratiques sont donc préjudiciables, au-delà des communautés musulmanes.

Hena*, accompagnée de Nathalie, a déposé plainte pour discrimination au commissariat. Le service juridique du CCIF est déterminé à faire valoir leurs droits au même titre que n’importe quel autre de leur concitoyen.

Pour agir en quelques clics, merci de partager MASSIVEMENT cette vidéo dans vos réseaux en alertant le réseau Jean-Claude Biguine (@BIGUINEPARIS sur twitter ) sur les agissements de ce salon de coiffure.

Des sanctions fermes doivent être prises par la direction contre de tels agissements.

Nous vous tiendrons informés des suites de cette affaire.

*Le prénom a été modifié.

Related Posts

Comments (5)

c\’est tristement drôle de pouvoir établir un parallèle entre ce genre d\’acte discriminatoire et le traitement réserver aux juifs lorsqu\’ils devaient porter l\’étoile de David et que certains lieux et certaines fonctions leur étaient interdites…

Il faut demander à ce que JCBiguine les exclue de la franchise ! Le racisme, ça se paie.

Chers Internautes ,
Nous sommes extrêmement choqués des faits qui se sont déroulés dans un salon de coiffure portant notre enseigne, à Marseille .
Nous ne cautionnons pas et nous ne partageons pas les propos et l’attitude de ce « professionnel » qui est un commerçant indépendant.
La marque BIGUINE n’est en aucun cas antisémite et Islamophobe.
Notre marque partage des valeurs universelles.

Pour le recrutement cest aussi pareil ….Honteux à Bordeaux MERIGNAC CAUDERAN

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.