BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Un enfant de quatre ans appréhendé par la Police

Le 4 juin 2016, c’est Ilyes, un enfant de seulement quatre ans, qui a fait trembler les employés d’un centre de loisirs situé en Ile de France. 

Armé de ses dents de lait, le petit a pris d’assaut une animatrice du centre de loisirs , lui infligeant une petite morsure. Bien heureusement, l’animatrice s’en est sortie sans aucune séquelle. Si la mère du petit l’a bien évidemment réprimandé sur cette attitude, les employés du centre de loisirs  n’en ont pas moins gardé un souvenir traumatisant de cet épisode. 

Ainsi, craignant peut-être que l’enfant ne soit atteint de la rage, la directrice du centre a estimé que des mesures drastiques devaient être prises au plus vite. Sans dispositif approprié pour ce qui reste un petit garçon de quatre ans, c’est la police municipale qui a été réquisitionnée pour se confronter à cette situation.

Dès le lendemain, trois policiers armés se sont postés devant le centre de loisirs, assurant protection et sécurité aux employés. Ils ne repartiront qu’à l’arrivée des parents, choqués d’apprendre que leur enfant constituait désormais une menace nécessitant un tel déploiement des forces de l’ordre. 

Cette histoire pourrait prêter à sourire si elle n’était malheureusement vraie. Qu’en France, nous soyons dans un tel état d’hystérie, qu’un personnel administratif ait perdu discernement, sans capacité à évaluer raisonnablement les situations auxquelles il doit faire face, en dit long sur les conséquences psychologiques de l’état d’urgence. A ce titre, les libertés prises par certains fonctionnaires dans ce contexte donne un aperçu des dérives possibles. 

Que des policiers aient même jugé utile de se déplacer pour un enfant de quatre ans est d’autant plus éloquent, quant à l’institution chargée de nous protéger. 

Les parents ont contacté le service juridique du CCIF qui les a assistés en vue d’un entretien avec la direction de l’école en fin de semaine dernière.

Prenant conscience de l’absurdité de la situation face aux arguments des parents de l’enfant, la direction a finalement présenté ses excuses. 

Traumatisé à la vue des trois policiers armés venus à son intention, le petit Ilyes refuse depuis de se rendre à l’école. Notre équipe juridique a orienté les parents vers un psychologue pour le suivi de l’enfant. 

Sans vos dons et vos adhésions, nous n’aurions jamais pu intervenir pour venir en aide au petit Ilyes* et sa famille. En 2015, ce sont 2536 sollicitations que nous avons traitées et 905 actes islamophobes qui ont été comptabilisés. 

Aidez-nous à vous aider: adhérez et donnez maintenant au CCIF. 

Related Posts

Comments (2)

Alors la!!!! On touche le fond de la bêtise humaine
Un grand bravo à l’équipe pédagogique de cette école et chapeau bas à ces 3 policiers municipaux quel courage

L\’absurdité dans toute sa splendeur ! MAIS OÙ VA LA FRANCE ?!

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.