BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Appel à Madame la ministre, ce climat délétère ne peut plus continuer

Crédit photo : Shutterstock

Une mère de quatre enfants dénonce l’atmosphère lourde et délétère qui s’est installée au sein de l’établissement scolaire où ses deux fils sont scolarisés.

A l’occasion d’une sortie programmée le mardi 9 décembre, son garçon de 5 ans refuse d’y participer et sa mère ne souhaite naturellement pas l’y contraindre, sachant que les mères voilées sont exclues des sorties scolaires. Le lendemain, une enseignante interpelle la mère au sujet de l’absence de celui-ci à cette sortie.

Votre fils est très triste que vous le priviez de participer aux sorties”.

Face à cette tentative à peine dissimulée de culpabilisation, elle répond :

C’est à cause de vos positions discriminatoires, hostiles et illégales envers les mères voilées que mon fils ne veut même plus aller à l’école le matin ! Et si je ne l’accompagne pas aux sorties scolaires, eh bien, il préfère rester avec moi !”

Cherchant tout de même à vérifier ce qui se passe, la maman discute avec son jeune fils qui lui affirme premièrement, que non il n’est ni triste, ni peiné mais qu’en plus, l’enseignante ne lui a rien dit à ce sujet. L’enfant n’hésite d’ailleurs pas à qualifier sa maîtresse de “menteuse”.

  • Une perte de confiance dans le système éducatif dit “républicain”

Scandalisée par les comportements du personnel éducatif, la maman exprime son incompréhension

Mme L. [l’enseignante] m’a aussi demandé pourquoi je ne mettais pas mon fils dans une école coranique. Voilà où est-ce qu’on en arrive à l’école publique de la République. Tout cela est très grave !”


Traiter certains parents de manière injuste et stigmatiser leurs enfants sont des attitudes qui tentent à se banaliser de plus en plus. Malgré l’effort des parents pour les protéger, de jeunes enfants se retrouvent maintenant confrontés régulièrement à des situations qui nuisent à leur épanouissement et leur bien-être au sein de l’école publique.

Également déléguée de parents d’élèves, madame a bien essayé de rappeler la loi à la directrice, l’avis du conseil d’état, la position de la FCPE au niveau local, départemental et national, le récent discours de Mme Najat Valaud-Belkacem etc. mais l’administration de l’école est restée sourde à ses remarques. Des parents prennent également position en faveur de la directrice, ce qui ne fait qu’aggraver les divisions.

Pour cette maman la situation est alarmante “on nous monte les uns contre les autres et je ne peux plus continuer de forcer mes enfants à poursuivre une scolarité dans ces conditions.”

La mère n’a plus confiance dans cette école et on ne peut l’en blâmer.  Elle a donc décidé d’envoyer un courrier à la ministre de l’Éducation Nationale. Démarche que le CCIF appuit en lançant un appel à Mme Vallaud-Belkacem, en espérant que des mesures sérieuses seront prises pour mettre fin à ces abus dans toute la France.

Les effets de la circulaire Chatel sont désastreux, et ce cas, parmi de nombreux que nous traitons, en est un exemple. Espérons que le Ministère de l’Éducation Nationale finira par abroger cette circulaire qui ne fait qu’alimenter conflits et discriminations au sein des écoles dont les enfants sont les premières victimes.

Related Posts

Comments (5)

salem Aleykoum
Je suis étudiante en master 2 pour être professeur des écoles et le problème c’est que jusqu’à ce jour les inspecteurs affirment que les femmes voilées c’est clairement non à l’école. J’ai eu ce cours aujourd’hui avec des gens qui sont stagiaire cette année et on nous dit non. c’est normal que les professeurs disent n’importe quoi. Il faudrait que ces inspecteurs se documentent mieux au lieu de rendre leur opinion l’attitude à adopter.

la France souhaite que les musulmans vivent de plus en plus en communauté pour ensuite plus les pointer du doigt. C’est pour cela qu’ils interdisent aux mères musulmanes d’aller au sorties scolaires où au jeunes filles de pratiquer certains travaux.
En France on parle des droits de la femme mais c’est du pipot.

bonjour, l’école doit accepter tous les enfants, et les accepter vraiment!!!!
Je considère que laisser une maman à la porte de l’école est un rejet de l’enfant….c’est extrêmement violent.
Pensons aux enfants qui sont les citoyens de demain
je suis révoltée par l’aveuglement et l’hinumanité de ceux qui nous dirigent

Au membres du CCIF, le post de John est clairement tendancieux. Le site du CCIF ne doit pas être une tribune de contestation offerte aux détracteurs de ceux que l’on souhaite défendre !

Ils ont largement à manger et à boire jusqu’à satiété et l’ivresse sur les autres sites confessionels ou non et dans lesquels ils se défoulent sans vergogne !

Alors vigilence, vigilence… Ils sont machiavéliquement rusés, ils font d’abord le dos rond pour sortir ensuite les griffes.

Pour rappel, Le CCIF a un objectif precis, la lutte contre la haine organisée à l’égard du musulman, c’est pas le moment de se laisser attendrir et parasiter par ce genre de commentaire inutile et farfelu dont le seul objectif est de saper coute que coute le moral des sympathisants.

Rigueur, rigueur…Ne pas prêter le flan aux polimiqueurs et controversistes de ce type.

Dans l’école maternelle de mon fils, le représentant de l’inspection académique a aussi tenté d’inscrire l’interdiction de signes religieux pour les parents dans le règlement intérieur. Je me suis opposée, en m’appuyant sur la loi et l’avis du Conseil d’État.
Certains représentants de parents étaient prêts à le suivre, incapables de faire la différence entre une loi et une circulaire. Grace aux votes des maitresses, sa tentative a échoué.
Nous devons nous impliquer dans l’école de nos enfants et ne pas laisser toujours les mêmes occuper cet espace. Il faut s’armer des bons arguments, juridiques notamment, et s’engager sur le terrain, chacun a sa mesure , mais faisons le !

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.