BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Antennes CCIF en région: Pour le respect de mes droits

Le CCIF, c’est plus de 15 antennes en région pour être au plus près de chaque victime d’islamophobie en France. Très actifs, les membres et bénévoles de ces antennes œuvrent localement sur des missions d’aide et d’accompagnement, mais aussi d’information (permanence juridique, infos sur vos droits, consultations, signalement d’acte de discrimination, bénévolat, etc…).

Parmi celles-ci nous comptons l’antenne Nice-Alpes-Côtes d’Azur dont Sefen bénévole au sein de la structure, nous raconte comment l’équipe est parvenue à résoudre un cas d’islamophobie en 24h chrono !

1. La discrimination :

« Une femme nous a contactés suite au traitement discriminatoire dont elle a fait l’objet. Cette femme s’est présentée à son rendez-vous pour des soins dans un cabinet de kinésithérapeute et très rapidement on lui a demandé de retirer son voile à l’entrée et dans la salle d’attente (demande rejetée par la patiente).

Pendant la prise en charge de sa patiente,la kinésithérapeute a clairement exprimé son aversion pour le voile et a tenu des propos déplacés sur les musulmans et l’Islam tout au long de la séance.

Une fois la séance terminée, la kinésithérapeute lui a indiqué que la prochaine fois elle devra ôter son voile dès l’entrée.

2. Les protagonistes :

La personne discriminée : Mme J* portant le foulard

La personne discriminant : kinésithérapeute (Alpes-Maritimes)

3. La procédure suivie :

La victime nous a contactés via notre page Facebook. Après avoir récupéré ses coordonnées téléphoniques, nous lui avons rappelé le droit applicable (pas de discrimination sur critère religieux) et nous l’avons ensuite orientée vers une première tentative de conciliation.

Le discriminant (la kiné) a catégoriquement refusé cette conciliation.

Nous avons alors saisi le Conseil de l’Ordre pour lui faire part de la situation avant d’aller directement au contact de la discriminante.

Le Conseil nous a évidemment confirmé que la kinésithérapeute n’avait pas le droit de refuser une patiente en raison de son foulard.

Le premier contact avec la kinésithérapeute fut quelque peu ubuesque, cette dernière s’est justifiée en expliquant qu’elle n’est pas être raciste mais pro-féministe.

Nous l’avons alors invitée à saisir son Conseil et revoir sa position.

4. Dénouement :

A peine 3 h après notre discussion, elle nous a rappelé pour se confondre en excuses et confirmer qu’elle n’avait pas le droit de refuser Mme J* et que dorénavant, elle accepterait de la soigner.

Nous avons aussitôt informé Mme J* de la résolution du problème.

 

Vous aimez nos actions ? Aidez-nous, adhérez ou faites un don !

Related Posts

Comments (3)

salam aleikoum

allah vous accord la réussite et que vous sortez vainqueur toute les fois qu un islamophe ou une islamophe porte atteinte aux musulmans

Alhamdulillah ! Allahu akbar ! Une victoire de plus contre la discrimination religieuse.

Qu’Allah vous récompense.

J’en ai les frissons enfin quelqu’un pour nous représenter juridiquement ! Que Dieu vous accorde la réussite dans chacun de vos combat ! Je vous FI LAH !

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.