BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Quand l’anti-racisme s’affiche

Alors que les valeurs républicaines prônent l’égalité et la fraternité entre les citoyens de la société française, on ne peut s’empêcher de constater que la lutte anti-raciste a été progressivement abandonnée par les partis politiques au profit de prises de position qui trahissent ces mêmes valeurs. On remarque en effet que la logique électoraliste et l’opportunisme politique éclipsent et même trahissent le plus souvent les principes censés être défendus par les partis, qu’ils soient de gauche ou de droite.

La surenchère islamophobe de l’entre deux tours de la campagne présidentielle dernière en est le triste exemple. C’est ainsi qu’en avril 2012, Amnesty International fustigeait dans un rapport l’exploitation politique de l’islamophobie : « Plutôt que de riposter à ces préjugés, les partis politiques [les] encouragent bassement dans leur quête de voix électorales ».

Cette tendance est aussi de plus en plus marquée et décomplexée à gauche de l’échiquier politique ; le gouvernement Ayrault fête sa première année au pouvoir avec à son actif une liste de fausses polémiques lancées et de projets de lois liberticides et discriminantes. A l’intérieur même du Front de Gauche, des voix se font désormais entendre pour dénoncer l’islamophobie et mettre leurs dirigeants en face de leurs responsabilités.

Cette affiche du NPA, datée de cette année, a le mérite de dénoncer ces dérives politiques. Prise de position rare et courageuse que le CCIF tient à saluer et à encourager dans un contexte de montée généralisée de la xénophobie et notamment des actes islamophobes. Malheureusement, cet exemple fait exception ; la norme politique actuelle traduit le plus souvent des positionnements réactionnaires partisans plutôt que des convictions anti-racistes et anti-discriminatoires.

À quand un positionnement anti-islamophobe pour le coup décomplexé, et non l’inverse ?

Related Posts

Comments (1)

Ce qui est de trop c’est le racisme et l’intolérance des gouvernements bulgare et roumain, qui ne font rien pour leurs citoyens roms, maltraités dans leur propre pays, au point de préférer venir faire la manche en france. Où sont passés les 2 milliards d’euros donnés par l’europe, et donc la france, à ces 2 pays, afin de s’ occuper correctement de cette population ?

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.