BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Guéant : laïcité à 2 vitesses

Alors que, chaque jour, le gouvernement et les «représentants du peuple» clament haut et fort leur désir de se battre pour la défense d’une laïcité stricte et souvent à tendance islamophobe, comme en témoignent le sort réservé à certaines jeunes mariées ou encore aux mamans voilées, voilà une déclaration qui ne laisse pas indifférent.

La loi de 1905 sur la laïcité (article 2), est pourtant claire : La République ne reconnaît (…) aucun culte. Une phrase qui énonce clairement que l’Etat est neutre vis-à-vis des cultes, qu’il ne pratique pas la discrimination et ne s’implique pas dans les affaires religieuses.

Un principe que semble avoir mis de côté le même Monsieur Guéant lorsqu’il a fait cette déclaration  auprès du CRIF

Rappelons également que cette annonce fait suite au scandale suscité par les révélations de Mediapart concernant la demande émanant de l’Elysée afin que certains étudiants juifs bénéficient de souplesses douteuses pour passer les concours d’entrée aux Grandes Ecoles.

Comment peut-on se faire le chantre d’une laïcité stricte et réinterprétée, cherchant ainsi à réduire les droits et libertés des citoyens de confession musulmane, tout en clamant la nécessité d’adapter le calendrier à une fête juive ? Voilà qui laisse perplexe et pousse à la réflexion. Monsieur Guéant aurait-il remisé son « code de la laïcité » ? Ou bien se contenterait-il de plancher sur une application à géométrie variable de ses principes ?

Related Posts

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.