BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Accusés de prosélytisme sans preuve, des salariés en intérim portent plainte

#

Cinq salariés d’une grande agence d’intérim française ont été remercié dans le cadre de leur mission dans une entreprise de conditionnement car ils ont été suspectés de “prosélytisme”. Le point en commun de ces salariés ? Ils ont des prénoms à consonance maghrébine.

Après plusieurs mois de travail au sein d’une entreprise et de nombreux renouvellement de missions, les cinq employés n’ont pas été renouvelés. La sanction est néanmoins tombée en deux temps. Le 22 janvier dernier, trois des salariés en intérim n’ont pas vu leur mission reconduite puis quelques jours plus tard, deux autres se sont vus réserver le même sort. La raison ? Lors d’une discussion téléphonique, à laquelle nous avons eu accès, entre l’un des cinq employés et une représentante de l’agence d’intérim, cette dernière évoque d’abord un “non-respect du règlement intérieur”. Au fil de la conversation et suite aux nombreuses relance de l’ex-employé, la représentante fini par parler de “trois témoignages” qui “incriminent” ces cinq ex-employés en raison d’un supposé “prosélytisme”.

Aucune justification concrète donc de la part de l’entreprise qui a employé pendant de nombreuses missions ces cinq personnes avant de les mettre à la porte. Aucune explication non plus de la part de l’agence d’intérim qui se cache derrière la confidentialité pour ne pas demander des comptes à l’entreprise. D’un point de vue religieux, la définition du prosélytisme est le zèle déployé pour répandre la foi, pour faire des adeptes, des prosélytes.

Aujourd’hui, comment les employés d’un système particulièrement précaire tel que l’intérim peuvent-ils être targué de prosélytes alors qu’ils n’ont jamais fait part de leur religion sur leur lieu de travail? Sur quoi reposent les trois témoignages dont parle l’entreprise ?

Les cinq ex-employés ont déposé plainte pour dénonciation calomnieuse et ne comptent pas en rester là. Ils ont saisi le CCIF afin de faire valoir leurs droits.

Le CCIF s’inquiète des dérives que l’on observe au sein de notre société. L’islamophobie est une réalité et ostraciser un pan de la population française pour son appartenance supposée ou réelle à l’islam est très dangereux.

Constituons ensemble un réseau puissant contre l’islamophobie. Rejoignez le CCIF, adhérez et participez concrètement à la lutte contre l’islamophobie.

#EnsembleNousSommesPlusForts

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.