BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Sport et foulard : les conséquences concrètes de l’islamophobie ambiante

Pratiquer un sport de manière régulière est fortement recommandé à toute personne en ayant les capacités. Cependant, et l’actualité nous l’a rappelé avec l’absurde polémique du hijab Décathlon, certains tentent de refuser l’accès aux activités sportives aux femmes portant le foulard. La preuve par l’exemple avec ce cas récent que le CCIF a traité. Sofia* souhaite s’inscrire au sein d’une MJC disposant d’une salle de sport et essuie un refus teinté de mépris. L’humiliation et le traumatisme sont tels que la jeune femme en ressort traumatisée.

De plus, ce n’est pas la première fois que Sofia est confrontée à l’islamophobie de certains. Par le passé, la jeune femme a été victime de discrimination de la part de la gérante d’un hôtel. Les insultes, la mise à l’écart, les humiliations laissent des traces et l’islamophobie est un racisme genré qui touche en premier lieu les femmes.

La juriste en charge du dossier de Sofia explique : “Sofia s’est sentie considérée comme étant un animal. C’est la manière dont elle s’est vue à travers les yeux de la directrice qui a explicitement parlé de son foulard et l’a humilié”.

La semaine dernière, Sofia a déposé plainte contre la MJC. Quelques jours plus tard, elle reçoit un courrier de la MJC lui expliquant qu’elle peut venir pratiquer son sport avec son foulard. Mais le mal est fait et l’humiliation demeure. Aujourd’hui Sofia refuse de retourner à la salle de sport. La jeune femme a néanmoins décidé de retirer sa plainte mais elle exige des excuses afin de rétablir sa dignité.

Le CCIF est très (trop) souvent saisi pour ce type d’affaire, un rappel à la loi s’impose avec notre fiche pratique :

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.