BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

La location d’une maison lui est refusé car son épouse porte le foulard

#

La discrimination au logement est une réalité, une discrimination de plus pour les personnes musulmanes ou supposées telles. Sofiane*, Ania* et leurs trois enfants en ont fait les frais. Dans le cadre de leur recherche d’une maison, le couple décide de faire appel à une agence de location afin de faciliter les démarches. Une fois la maison trouvée, visitée et toutes les pièces communiquées à l’agence ; Sofiane est contacté par la directrice de l’agence qui lui transmet une demande très personnelle du propriétaire de la maison. Ce dernier souhaite savoir si Ania porte un foulard. Sofiane répond par l’affirmative.

Dans un enregistrement réalisé par Sofiane, la directrice de l’agence explique avec une forme de gêne, en parlant du propriétaire : “vous savez c’est une vieille personne et il est d’une autre génération et vous savez il est gentil…C’est quelqu’un de très gentil.” La directrice de l’agence continue à expliquer les raisons qui ont poussé le propriétaire à refuser de louer son bien, ce dernier s’appuie cette fois-ci sur un préjugé stigmatisant “ Son inquiétude c’est que vous arriviez à 5, 6, 7, 8 quoi”.

Enregistrement d’un entretien avec la directrice de l’agence immobilière

A travers cet enregistrement audio, la directrice avoue sa complicité dans ce cas flagrant de discrimination à l’accès au logement couplé d’une islamophobie. D’une part, elle minimise la discrimination en arguant que le propriétaire est âgé. D’autre part, la directrice demande à Sofiane de compléter une feuille graphologique. L’étude graphologique, qui ne repose sur aucune science, est supposée à même de pouvoir donner des indications sur le comportement d’un personne.

Juridiquement, cette demande est totalement illégale. Nous avons donc ici affaire à une directrice d’agence qui plébiscite les comportements de propriétaires ouvertement islamophobes et discriminants.

ENREGISTREMENT AUDIO

Cette affaire n’est pas un cas isolé. En effet, le CCIF a été saisi par Emma*, une mère de famille qui souhaitait visiter une maison. Cependant, alors qu’elle a rendez-vous avec l’agent immobilier ce dernier, avant même de lui faire visiter le bien, exige de sa part qu’elle se présente avec “une tenue correcte”. Ne comprenant pas son propos, elle lui rétorque que sa tenue est correcte. L’agent explicite sa pensée et lui demande alors le retrait de son foulard.

Comment des agences de ce type et aux méthodes hors-la-loi peuvent-elle accepter d’interroger Sofiane au sujet du foulard de sa femme ou encore Emma* sur sa tenue ? Des directives sont-elles données en interne afin de s’assurer que les futurs locataires répondent aux volontés discriminatoires des propriétaires ? Pourquoi la direction des agences n’a pas alerté les autorités à ce sujet ou, au minimum, rompu les contrats avec les propriétaires discriminants ?

Encore une fois, cette islamophobie décomplexée n’a pas sa place en France. Sofiane compte porter plainte contre l’agence et le propriétaire, le CCIF continue à l’accompagner dans ses démarches. Le gouvernement a un rôle à jouer dans cette lutte contre les discriminations, qu’en est-il du Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilière (CNTGI) (http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/le-conseil-national-de-la-transaction-et-de-la-gestion-immobilieres-cntgi).

*Prénoms modifiés

#EnsembleNousSommesPlusForts

% commentaires (2)

Je voudrais rebondir sur les vieux…Ils ont bon dos les pauvres.
C’est comme ce couple de vieux qui croyaient que c’était grâce à la « présence » française en Algérie que j’avais pu devenir médecin, sauf que je suis marocaine et ai fait toute ma scolarité en France et qu’on était en 2000…Ou cette autre personne qui accoste mon mari en ma présence pour lui dire (de moi à la troisième personne) qu’elle ne comprenait pas pourquoi il me faisait porter un foulard alors que je suis si belle…Euh…faut dire merci dans ce cas???
Rions, rions, ça met du baume au cœur.
Courage à cette famille et toutes les autres, surtout les enfants: il faut communiquer avec eux, leur montrer notre ressenti, se battre pour leur dignité comme nos parents l’ont fait avant nous, à leur manière.
Ne pas hésiter à pointer du doigt, boycotter, affirmer sans relâche que nous ne sommes pas des sujets de débats entre le bien et le mal qu’il y a à nous laisser respirer, sur les risques et les conditions qu' »ils » (et là je ne parle pas que des vieux! ) peuvent consentir pour « nous » permettre de vivre avec « eux ».
Refusons le débat et armons-nous du droit!
Signé: une maman, voilée, qui travaille, qui continue à rouler sa bosse contre vents et marées… et toujours avec le sourire!

Bon courage. La France a besoin de personnes comme vous.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.