BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Un projet d’assassinat contre le rappeur Médine déjoué

#

Selon LCI, trois nouveaux suspects dans l’enquête sur le groupe terroriste AFO (Action des Forces Opérationnelles) ont été interpellés ce lundi 23 juillet : ils projetaient d’assassiner le rappeur Médine ainsi que l’ex-détenu Djamel Beghal (expulsé vers l’Algérie la semaine dernière).

Le mois dernier, nous mettions en garde contre le danger mortel des discours haineux, en pointant du doigt la responsabilité de certains médias et de certains politiques dans la banalisation de la discrimination et de la stigmatisation des musulmans. Voici encore une fois un lien direct, avec de véritables menaces criminelles cette-fois, qui s’établit entre le discours de haine et le projet de passer à l’acte.

Le scénario est malheureusement effrayant lorsque nous suivons la chronologie des faits : Médine, il y a déjà plusieurs mois, avait rempli deux dates pour un concert au Bataclan qui aura lieu en octobre. Le mois dernier, une polémique éclate, s’indignant qu’un rappeur musulman — dont les textes, comme l’ont montré certains chercheurs, sont un rempart contre le terrorisme — se produise dans une salle où ont eu lieu les attentats du 13 novembre. Évidemment, il a fallu — sans aucun sens de l’analyse littéraire — éplucher son historique et mettre en avant certains de ses couplets pour caricaturer ses positions face à plusieurs questions, dont la plus récente étaient la manipulation, par certains (comme Morano, Fourest, et autres) de la laïcité à des fins d’exclusion (le morceau Don’t Laïk).

Quels messages adressaient-il déjà, ces personnes (en particulier Marine Le Pen, et d’autres qui ont suivi le mouvement), par leur simple association entre le rappeur et les terroristes qu’il dénonce (Médine se présentait déjà d’ailleurs comme « un démineur qu’on prend pour un poseur de bombes ») ? Il s’agissait de dire qu’il ment, qu’il a un discours sournois et manipulateur. Il s’agissait de le dépeindre comme un infiltré extrémiste, qui colonise même les endroits les plus symboliques du pays. Il s’agissait de le rendre incapable de s’émouvoir de ce qui est arrivé à son pays en 2015. Et pour cela, il fallait le réduire, lui refuser son statut d’écrivain ou poète. C’est ce qu’ont fait certains politiciens, certains chroniqueurs et certains médias, et c’est le même processus depuis des années.

De là à projeter d’assassiner le rappeur, il n’y a vraisemblablement qu’un pas, que l’AFO était prête à franchir.

% commentaires (1)

Non à un projet d’assassinat du rappeur! Oui à sa protection! Mais non, ses textes sont certes pleins de contradictions mais ne sont pas un rempart contre le terrorisme! Cessez de nous prendre pour des cons en prétendant cela!

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.