BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Une sexagénaire condamnée à quatre mois avec sursis pour agression islamophobe envers sept femmes voilées

#

Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné une sexagénaire pour “injures à caractère raciste” et “violences aggravées” envers sept femmes de confession musulmane, portant un signe religieux. Celles-ci, en venant récupérer leurs enfants à l’école, se faisaient insulter parce que musulmanes.

En audience, la prévenue avait reconnu avoir tenus les propos suivants: « Vous n’avez rien à faire là, voilées », « rentrez chez vous », « l’islam est un poison » et avoir bousculé physiquement l’une des femmes musulmanes.

Une dépêche AFP vient apporter des éléments complémentaires sur l’affaire:

Arborant ostensiblement une croix autour du cou, la retraitée a expliqué avoir lu le Coran, après les attentats de 2015. « J’ai trouvé une religion de guerre, une escroquerie », a-t-elle insisté. « Alors il fallait ouvrir les yeux aux gens. Je suis islamophobe et je hais cette religion », a-t-elle dit au tribunal. « Vous savez ce que c’est l’Inquisition? », s’est agacé le parquet. « Ce que vous avez appris sur l’Islam dans votre jardin, c’est une chose mais que vous prêchiez dans la rue, c’est une autre. Quand vous empiétez sur la liberté des autres, ça ne va pas », a-t-il ajouté soulignant qu’ici « c’est la laïcité. »
Le tribunal a assorti la peine d’une mise à l’épreuve de deux ans avec obligation de soins et de suivi psychiatrique, d’une interdiction de se présenter aux abords de l’école où les faits ont été commis et, enfin, a attribué 500 euros de dommages et intérêts à chaque plaignante.

Une décision salutaire

Notons que, pendant que certains préfèrent ignorer la gravité de l’islamophobie, des membres de la communauté nationale se voient atteints dans leur dignité en raison de leur appartenance visible, réelle ou supposée à l’islam. L’islamophobie est bien réelle et le temps n’est plus à la division mais bien à l’addition des forces vers un seul but: la défense des droits humains.

Le CCIF salue cette décision de justice qui aura permis à ces sept femmes de retrouver leur honneur et qui permet d’affirmer qu’en France, la liberté de conscience et la liberté religieuse s’appliquent pour tous et en tout temps.

#EnsembleNousSommesPlusForts pour mener à bien, d’un seul corps, la lutte contre l’islamophobie.

% commentaires (2)

obligation de soins et de suivi psychiatrique … çà me rappelle l’usage de la psychiatrie par le pouvoir du paradis des travailleurs d’URSS , le syndicat de la magistrature veille , vivons ensemble !

Ouai bravo à vous pour ce combat que vous n’avez pas lâchez ! Je suis déçu du résultat s’attaquer à des musulmans sa coûte pas grand chose en France… Mais c’est un bon début l’équipe CCIF bravo

Ecrire un commentaire