BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Porter le voile en entreprise, le quotidien de ces femmes. Témoignages.

#

Au lieu de parler à la place des premières concernées, laissons la parole à celles qui en parlent le mieux. Leila, Imène, Amirah et Nadine* ont accepté de partager avec nous leur expérience positive dans leur entreprise, où elles sont appréciées pour leurs compétences, à leur juste valeur.

 

Leila travaille dans une multinationale

 

 J’ai été embauchée non voilée.  Au bout de 5 ans, j’ai décidé de le porter. Avant de le porter j’ai averti mon supérieur et mon DRH.  Je ne pensais pas pouvoir le porter en entreprise mais uniquement à l’extérieur.   Lors des discussions que j’ai eu avec mon DRH il ne m’a pas laissé le temps de lui expliquer ma démarche il m’a dit de lui même « nous ne pouvons pas vous l’interdire mais nous préférons vivement que vous ne le portiez pas ». (…) Au sein de l’entreprise j’ai eu droit à moquerie et remarque. Au bout d’un an j’ai perdu une collègue très proche. L’effet d’une claque. Je suis montée voir mon DRH et lui ai dis que désormais je travaillerai avec mon voile . (…) A l’heure actuelle ça fait 2 ans et demi que je suis voilée dont 1 an et demi à l’intérieur des locaux. Al hamdoulillah. Même si certains sont encore réticents à travailler avec moi sur certains projets, d’autres font preuve de professionnalisme et ne me juge que par mon travail. Courage à toutes mes soeurs. Qu’Allah vous facilite. Jamais je n’aurai pensé avoir la possibilité, ni oser travailler dans mon entreprise avec mon voile. 

 

Imène, travaille depuis 2012 dans une régie de quartiers en tant que formatrice pour adulte. Elle a été embauchée après plusieurs années de bénévolat avec son voile dans une autre association 

 

 


Au moment de l’entretien d’embauche, je redoutais la question fatidique qui soulèverait la pseudo – incompatibilité du poste..mais elle n’a jamais été posée. J’ai cru à un oubli, et j’ai longtemps redouté que la question arrive, même après la signature de mon contrat CDD.
Le sujet sera finalement abordé, non pas par l’employeur mais un salarié de même catégorie que moi. Il a sous – entendu que j’avais un autre objectif que celui de me couvrir par le voile, que s’il y avait des femmes dans ma salle de cours je les aurai sûrement influencé. Je me suis rapprochée de l’employeur qui a confirmé qu’il n’avait absolument aucun problème avec ma tenue (…). Il m’a tout simplement rassurée en me rappelant qu’il a mesuré l’enjeu de mon recrutement et qu’il prendrait la responsabilité d’essuyer tout reproche en interne, voir même des financeurs. Quel soulagement d’apprendre qu’aucune menace ne pesait sur moi.
(…)
Aujourd’hui je ne me sens pas menacée d’être éjectée si j’ai à donner mon avis. Il y a comme le sentiment d’être en sursis, voire d’être redevable. On croyait qu’on avait la chance de pouvoir travailler voilée ou d’autres sont refoulées. En fait on a le droit et le devoir d’être des employés à part entière, efficaces, reconnus. J’ai  également gagné en confiance et suivi une formation-action de lutte contre les discriminations pour l’égalité réelle.

 

 

Amirah s’expatrie pour éviter la discrimination, de retour en France elle trouve un emploi avec son turban

 


Lorsque j ai décidé de porter le voile, je finissais mes études de marketing. Lorsque j’ai commencé à chercher du travail j’ai eu beaucoup d’entretiens sans aucun succès et je savais pertinemment que c’était lié a mon voile. Un recruteur m’a même un  jour demandé si j’adaptai mes tenues en fonction des circonstances en me demandant dans quelle tenue j’allais a la plage ! Je  perdais espoir.  Puis nous nous sommes expatriés avec mon mari en Angleterre et là bingo j’ai pu travailler sans aucun problème avec mon voile et en faisant ma prière au travail! Al hamdouliLah ! Lors de mon retour en France, je me suis remise à chercher du travail mais cette fois – ci sans voile car je connaissais le marché actuel. J’ai été prise et 6 mois plus tard, une fois ma période d’essai fini, j ai mis un turban car le voile conventionnel ne passe pas. Je travaille donc avec un  turban qui est perçu comme un voile. Cela est bien accepté et je n ai jamais eu aucune remarque, attitude, situation désobligeante.

 

 

Nadine travaille dans son entreprise depuis 6 ans avec son voile

 

Je m’appelle Nadine j’ai 29 ans et je travaille en tant que juriste au sein d’une compagnie d’assurance. Je porte le voile sur mon lieu de travail et ce depuis que j’ai intégré l’entreprise dans laquelle je suis toujours en poste. Dès l’embauche, mon employeur a été confronté au port d’un signe potentiellement religieux puisque je me suis présentée aux entretiens avec, à l’époque, un turban sur la tête. A mon grand plaisir, aucune question n’a été posée sur la raison du port du turban et j’ai été embauchée pour le poste que j’occupe depuis 6 ans maintenant. Dans le cadre des relations que j’entretien avec ma hiérarchie, je n’ai jamais reçu aucune remarque ou interrogation sur mon voile que je porte désormais d’une façon non équivoque quant à son caractère religieux, et je suis traitée comme tout autre salarié, en ayant les mêmes opportunités de promotions, d’évolutions et d’implications dans les missions. Concernant la relation avec mes collègues, celle-ci est professionnelle et bonne, j’ai bien été intégrée et je n’ai jamais ressenti de malaise bien qu’il m’a déjà été rapporté que certaines personnes n’étaient pas favorable au port du voile dans le cadre professionnel, chacun est libre d’avoir son opinion sur la question. Aujourd’hui je m’épanouie dans mon activité, notamment car je suis acceptée comme je suis et que je ne subi aucune différence de traitement. C’est donc une expérience enrichissante et bénéfique pour moi. Pour finir, je tiens à préciser que lorsque j’ai intégrée l’entreprise j’étais la seule à porter le voile et qu’à ce jour nous sommes quatre à le porter et sans difficulté pour aucune d’entre nous. 

 

A toutes celles qui sont confrontées au fléau de la discrimination à l’embauche ou au sein de votre entreprise, sachez que vous n’êtes pas seules. Qu’elle que soit votre situation, le CCIF peut vous épauler dans la quête de vos droits. Ces exemples démontrent qu’il n’y a pas de fatalité et que vous pouvez trouver un emploi correspondant à vos compétences. Dans le cas où vous rencontreriez des difficultés, veuillez nous contacter directement ici.

 

Consultez notre fiche pratique en ligne et la page 13 de notre guide pratique.

Le CCIF sans vous ce n’est rien. Adhérez.

 

*Prénoms d’emprûnt

% commentaires (1)

Salem Ahlikoum, je suis étudiante et je porte le voile. J’ai été victime de discrimination et même d’islamophobie au sein de mon école. Je me suis battue et je n’ai rien lâchée parce que j’étais dans mon doit ( la loi était avec moi). Cela a été une période très difficile mais al hamdulilah à présent ça va mieux. En lisant vos témoignages mon espoir s’intensifie, afin de trouver un emplois qui puisse respecter la personne dans sa globalité et évaluer à se que j’ai dans la tête et pas sur la tête. Qu’Allah nous facilite à toute et Qu’Allah vous récompense car vous m’avez redonné l’envie d’y croire d’avantage.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.