BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Elle est interrogée sur son jilbeb, après saisine du CCIF, le directeur du lycée s’excuse.

#

Hannah se rend au lycée avec le jilbeb. Se conformant à la loi en vigueur, qui interdit le port de signes religieux au sein de l’établissement scolaire, elle dénoue le haut de son jilbeb pour le descendre jusqu’aux épaules, laissant ainsi apparaître sa tête nue, puis mets une veste par dessus.

Tous les matins, le directeur de ce lycée dans la région du Grand Est, se poste à l’entrée et tous les matins il la voit procéder et la salue, sans lui faire de réflexion sur sa tenue.

Une enseignante interpelle un jour la direction de ce lycée et les informe du caractère religieux du jilbeb.

La jeune fille est alors convoquée. Les questions qu’on lui pose ne font aucunement référence à la scolarité de Hannah, ni n’indiquent un quelconque comportement ou résultats qui nécessiteraient une convocation : « est -ce que les tenues que tu portes t’appartiennent ou appartiennent à ta maman? » , « est-ce que ton papa va à la mosquée? »,  « que signifie cette tenue pour toi? ».

Hannah saisit alors le CCIF et notre juriste en charge de l’affaire l’informe de ses droits et lui prodigue les conseils nécessaires en vue de l’entretien avec la direction du lycée.

Munie d’un exemplaire de la circulaire d’application de la loi du 15 mars 2004 rappelant le cadre de cette dernière, Hannah et ses parents se rendent à l’entretien.

Résultat: c’est une victoire totale pour Hannah et sa famille face à qui les responsables de l’établissement ont non seulement reconnus qu’ils n’avaient pas respecté la charte de la laïcité et que les questions pouvaient être blessantes et traumatisantes pour une jeune fille, mais se sont également excusés auprès d’elle.

L’intervention du CCIF a permis, dans ce cas, de donner les éléments juridiques nécessaires à cette médiation et de rétablir une situation qui mettait en péril le bien-être de la lycéenne.

Nous nous réjouissons de savoir que Hannah pourra continuer sa scolarité dans cet établissement sans être inquiétée de nouveau.

Pour connaître vos droits dans le milieu de l’éducation et de l’enseignement supérieur, n’hésitez pas à consulter nos guides en ligne: 

Jupes et robes longues à l’école

Islamophobie dans l’enseignement supérieur

Accompagnement scolaire

notre vidéo en partenariat avec le Cercle des Enseignants Laïcs

La cantine scolaire

Guide de l’étudiant

 

Si vous ou vos proches êtes témoins d’un acte ou d’un comportement islamophobe de la part d’un agent d’un établissement, sachez que le CCIF peut vous orienter sur les démarches à suivre. Dans beaucoup des cas que nous traitons nous faisons appel à la médiation plutôt qu’au recours vers une instance juridique. Souvent, les situations sont donc réglées à l’amiable, par le dialogue, et cela permet même parfois de briser des préjugés chez l’une des parties qui a profité de son autorité pour agir de manière injuste.

Alors n’hésitez plus, si vous êtes témoins, signalez-le nous. #EnsembleNousSommesPlusForts   #JeSoutiensLeCCIF
Adhérez. Donnez

% commentaires (3)

Excellent réflexe avec des personnes qui se croient parfois tout permis ! Bravo à elle !

MachaAllah !
Je vous félicite
Beau travail
Qu’Allah vous récompense dans les deux mondes

Il faut se mettre à porter plainte contre ses gens. Le CRIF se lève toujours pour défendre les siens ils vont toujours jusqu’au bout c’est pour cela qu’aujourd’hui on les écoute !
Nous devrions à notre tour faire valoir nos droits et attaquer les gens en justice. Vue qu’on n’a pas le droit de parler à la tv. Les propagande islamophobe y en a toujours ! Ils confondent islamophobie et Islam. Quand on parle d’une femme voilée c’est de l’islamophobie quand on parle du voile c’est l Islam. Mais ils parlent du voile entre eux des ignorants un sociologue un animateur un journaliste et une gynécologue. Pas une voilé pas un imam sachant s’exprimer clairement en français avec un minimum d’éloquence…

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.