BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Le Printemps Républicain ou la thérapie de groupe

Lors de sa soirée de lancement en janvier 2015, le Printemps Républicain, par la voix de Fréderique Calandra, actuelle maire du XXème arrondissement de Paris, clamait haut et fort que «la patrie et la laïcité ne sont pas des mots sales, […] n’ayez-pas peur du mot islamophobe, car c’est nous le rempart contre les extrémistes».

Elle s’alignait  alors  sur les propos assénés au micro de France Inter par Elisabeth Badinter,  elle aussi membre du PR.

A la tête du Printemps Républicain, Laurent Bouvet, pour qui il est visiblement étrange de défendre le libre choix en matière religieuse puisqu’il déclare la chose suivante : “Ce qui conduit à des choses étranges sur le plan philosophique, comme la défense du voile islamique au nom de la liberté individuelle (…).”

Ancienne avocate, Yael Mellul fait partie des fondateurs du PR. Elle avait été signataire d’une pétition contre le port du voile, aux côtés d’Elisabeth Badinter et de Lydia Guirous:

On retrouve également Gilles Clavreul,Fadela Amara, Gilles Kepel, Zineb El Rhazoui, Richard Malka (l’avocat de Babyloup) et la liste est encore longue. Tous ont à un moment de leur carrière affiché des positions clairement stigmatisantes à l’encontre des musulmans quant à leur pratique, ou bien fait des rapprochements fallacieux entre islam et terrorisme, ou bien les deux ! Contribuant par là à grassement nourrir l’islamophobie qui fait aujourd’hui figure de priorité nationale devant le chômage, la crise du logement…

Les sympathisants et membres du PR considèrent que la laïcité est en danger sans voir qu’ils sont à l’initiative même de cette problématisation de la laïcité en centralisant l’islam et les musulmans dans leur discours. Le législateur est clair sur la laïcité, mais dans la pure ligne laïciste, le Printemps Républicain teste les limites jusqu’à faire l’apologie de la restriction des libertés religieuses à l’encontre des musulmans.

Une vision belliqueuse de la laïcité qui vient contredire la loi de 1905 en contribuant à problématiser et à centraliser les questions religieuses dans le débat politique alors que l’Etat laïc, ne peut, par définition, s’ingérer dans la manière qu’ont les citoyens de pratiquer ou non leur culte, et d’en changer.

Surprise toutefois, Caroline Fourest n’est pas signataire du manifeste du PR, ce qui ne l’empêche pas de faire de l’islam sa croisade préférée.

Ce samedi PR organise un festival qui rassemblera toutes ces figures de la laïcité de combat qui prône la stigmatisation des musulmans, la confusion volontaire entre islam et terrorisme, mais surtout tente de se dédouaner de toute insulte en retournant l’anathème vers ceux qui ne les soutiennent pas.

Le CCIF s’alarme de la parole islamophobe de plus en plus décomplexée qui déverse une idéologie prônant l’atteinte pure et simple aux droits fondamentaux des musulmans et fait le jeu de l’extrême droite, le tout en détournant la laïcité de son essence première.

% commentaires (1)

Un partie qui surf avec les thèses de l’extreme droite soit dit en passant.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.