ADDH - CCIF BP05 93401 SAINT-OUEN CEDEX
01 49 21 22 22

Halte à la chasse aux sorcières, oui au débat démocratique!

La tribune de MediaPart sur l’offensive sans précédent lancée par la fachosphère dans le but de « transformer le débat public en arène où tous les coups sont permis contre des personnalités et des militants antiracistes qui refusent les amalgames entre islam/islamisme/terrorisme et qui combattent  le racisme et l’islamophobie ».

Cliquez ici pour lire l’article.

% commentaires (1)

Marianne, Figaro et compagnie se sont spécialisés dans ce domaine en raison que tout discours dans ce sujet passe sous silence et est assimilé au droit du blasphème.
Certes, les personnes qui alimentent leurs tribunes ont soignés leurs écrits pour éviter de tomber sous le coup de la loi.
Il y a un aspect financier aussi qui se joue derrière, car en portant tel discours, ils arrivent à avoir plus d’adhésion nécessaires à leur survie surtout que ce sont des espaces d’expression ouverts à tout commentaire de tout genre.
Si les articles publiés dans ces journaux sont soignés, ce n’est pas le cas pour les commentaires. Ces commentaires sont sujets à des poursuites judiciaires et les journaux qui offrent ce genre d’espace ne sont pas excusés et portent une part de responsabilité.
A mon avis, il faut porter une réflexion sur le fait de faire suivre ces journaux en justice en raison qu’ils représentent des espaces ouverts pour des commentaires de xénophobie, racisme et islamophobie.
Le fait d’engager ce type d’action permet:
– d’une part fermer toute expression de haine à ces lecteurs et ça sera un coup dur pour ces gens. Le fait de ne plus avoir cet espace, va décourager ces gens d’adhérer à ces journaux et du coup portera un coup dur aussi à ces journaux
– d’autre part engager la responsabilité de ces journaux pour qu’ils engagent des procédures de modération et ainsi les obliger à investir dans ce sujet ce qui veut dire moins de recettes.

Je crois que si le CCIF s’engage dans ce sujet, ça sera la meilleure réponse contre ses espaces de haine.

Ecrire un commentaire