ADDH - CCIF BP05 93401 SAINT-OUEN CEDEX
01 49 21 22 22

De quoi Manuel Valls est-il le nom ?

#

Rarement un homme politique aura concentré à lui seul autant de privilèges et de détestation à la fois.

 

Manuel Valls, c’est celui qui a trahi sans fin son parti et sa famille politique, faisant systématiquement passer son agenda personnel avant l’intérêt commun, manœuvrant y compris au sein du gouvernement pour évincer les autres, quel qu’en soit le prix
Manuel Valls, c’est celui dont les promesses valent autant que les actes, laissant le pays plus clivé et plus abîmé que jamais, ayant instrumentalisé les failles de notre société pour monter les gens les uns contre les autres puis s’étonne que l’extrême droite en bénéficie
Manuel Valls, c’est celui qui a érigé l’autoritarisme en mode de gouvernance et normalisé l’usage du 49.3 comme moyen d’imposer des choix que tout débat démocratique récuserait

 

Manuel Valls, c’est celui qui réclame « des Blancos, des whites » à Evry, apparemment si insatisfait de la couleur et des appartenances des habitants de la ville

 

Manuel Valls, c’est celui qui a assassiné les mots « république » et « laïcité », en les dévoyant de leur sens pour en faire des frontières identitaires, emboîtant le pas à l’extrême droite, légitimant le racisme sans en assumer la moindre responsabilité

 

Manuel Valls, c’est celui qui demande à « faire-barrage-au-FN » en France, tout en s’affichant tout sourire avec les pires leaders de l’extrême droite israélienne

 

Manuel Valls, c’est celui qui considère que « les Roms n’ont pas vocation à s’intégrer en France » et que certaines populations sont « inassimilables »

 

Manuel Valls, c’est celui qui pense que la lutte contre le foulard des femmes musulmanes est « un combat essentiel pour la république » et soutient une ministre en exercice qui parle de « nègres qui soutenaient l’esclavage »

 

Manuel Valls, c’est celui qui a fait la risée de notre pays partout à travers le monde, lorsqu’il a décidé que la lutte contre les « burkinis » devait être la priorité de l’été, légitimant la chasse aux femmes musulmanes sur les plages de Méditerranée  

 

Manuel Valls, c’est celui qui utilisait l’argent public pour mener des sondages exorbitants afin de savoir si sa « frange crantée » le faisait plus ressembler à « une hyène » ou à « un chacal »

 

Manuel Valls, c’est celui qui traite « d’islamiste » tout-e musulman-e qui exprimerait une opinion différente de la sienne et accuse de « communautaristes » et « d’islamo-gauchiste » tous ceux qui ne partageraient pas son hostilité vis-à-vis de millions de personnes, dont la stigmatisation lui a servi de moyen constant de se signaler auprès des électeurs les plus islamophobes de notre pays

 

Donc sans surprise, Manuel Valls est l’homme politique le plus détesté de France, car il incarne le cynisme, le renoncement, les petits arrangements et l’esprit de trahison qui ont dégoûté des millions de nos concitoyens de sujets qui les concernent : des questions citoyennes, des questions de vivre ensemble, des questions qui fondent le récit commun que nous partageons.

Pendant les dernières années, Manuel Valls (aidé de ses relais) n’a eu de cesse de viser et de calomnier le CCIF à longueur d’interviews. Quand on n’a rien à dire, mieux vaut trouver de quoi faire diversion, en accusant par exemple l’association de défense des droits humains qui a révélé et mis en évidence le sort indigne qui était réservé à des milliers de personnes, en grande partie à cause de ses décisions.

Cette promotion non demandée nous a amusés, pour un temps, tant elle révélait l’obsession de M. Valls qui le fait bégayer à chaque fois qu’il doit prononcer le nom du CCIF.
Mais elle est aussi le symptôme d’un mal beaucoup plus grave : la convergence claire et désormais explicite entre l’extrême droite la plus dure et une mouvance qui se qualifie de républicaine et qui, dans le sillon de Manuel Valls, a fait du dévoiement de la laïcité son fonds de commerce à des fins d’exclusion.

 

Ainsi, le Bloc Identitaire et le Printemps Républicain n’ont aucun désaccord, dès qu’il s’agit de stigmatiser les femmes musulmanes voilées pour en faire des cibles désignées. Ils n’ont aucune divergence, lorsqu’il s’agit de faire pression sur les pouvoirs publics pour désigner des ennemis communs à Gauche et parmi les musulmans, allant jusqu’à réclamer leur censure tout en se déclarant « Charlie ». Ils n’ont enfin aucune différence dans les moyens utilisés, avec un recours au mensonge ou à la calomnie sur les réseaux sociaux et dans les médias de droite, où ils déversent leur haine de manière désormais totalement décomplexée.

 

Les circulations entre ces mouvements se font désormais au grand jour : ainsi, c’est bien dans un colloque du Printemps Républicain qu’il a été question « d’islamisation de la France », un thème cher à la fachosphère. Et inversement, c’est bien au sein de l’extrême droite que sont désormais adoubées les très vallsistes Nadia Remadna et Céline Pina (qui elle-même faisait partie des fondateurs du Printemps Républicain).

 

Ce glissement vers les thèmes identitaires de l’extrême droite contribue à la fois à la production d’un racisme « acceptable » dès lors qu’il s’exerce à l’encontre des musulmans, mais participe à la normalisation des thèses les plus réactionnaires, en les recodant et en les diffusant au sein de sphères se revendiquant (et parfois se percevant) comme républicaines.

 

C’est finalement cette sinistre œuvre qui sera à porter au passif de Manuel Valls. 

% commentaires (2)

Valls est le nom d’un converti au sionisme qui en fait beaucoup pour prouver à ses maîtres qu’il est par son zèle, à la hauteur de leurs espérances.
« Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise ».

Je n’aime pas Valls, mais il me semble avoir un fond de sincérité. Sa faute principale, qu’il partage avec les ‘laicards’, est de ne pas voir que sa version de la laïcité n’est pas compatible avec les droits de l’Homme. Merci au CCIF de travailler, avec d’autres organisations, à faire de la laicité un outil de libération, pas une justification pour interdictions.

Ecrire un commentaire