Le CCIF interpelle les candidat-e-s à l'élection présidentielle

0

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France, créé en 2003, fournit une assistance juridique et psychologique aux victimes d’actes de discrimination et de violence, en raison de leur appartenance, réelle ou supposée, à la religion musulmane. Membre spécial consultatif de l’ONU, disposant de 17 antennes à travers le territoire national et fort de plus de 14000 adhérents, le CCIF développe un travail de fond, en défense comme en prévention, pour endiguer une forme de racisme contemporaine visant spécifiquement des personnes en raison de leur foi musulmane (ainsi, notre définition de l’islamophobie, telle que reconnue par l’ONU, la CNCDH, l’OSCE, le Conseil de l’Europe ou l’UNESCO, n’inclut pas la libre critique des religions et des idéologies).

Dans le cadre de cette campagne présidentielle, nous sollicitons tou-te-s les candidat-e-s pour connaître leur programme et leurs positions sur notre sujet de travail. Voici les trois questions que nous avons envoyées à chacun-e d'entre eux :

1) Quelle est votre position sur la lutte contre l’islamophobie ? Si vous devenez le prochain président, travaillerez-vous avec les universitaires et les acteurs de la société civile qui portent cette question, en rompant avec le déni de réalité qui a prévalu jusqu’à présent au sein de l’antiracisme d’Etat. Aurez-vous la volonté politique de mettre en place les recommandations formulées par le Défenseur des Droits et la CNCDH sur ces questions ?

2) Quelle est votre position sur la laïcité ? Serez-vous sur la ligne de la loi de 1905, garantissant à chacun-e la libre pratique et la libre expression de sa foi, selon les recommandations répétées de l’observatoire de la laïcité, dont vous assurerez la continuité, ou bien tolérerez-vous les tenants d’une laïcité identitaire, clivante et exclusive incarnée par les hérauts de « l’insécurité culturelle » et de « l’islamisation » du territoire ?

3) S’agissant des discriminations structurelles, notamment celles constatées au sein des services publics (refus d’accès, inégalités de prestations, contrôle au faciès, refus de plainte), êtes-vous favorable à un audit indépendant sous la tutelle du Défenseur des Droits et de la CNCDH pour fournir un diagnostic et des recommandations, qui donneront lieu à la mise en œuvre d’une vaste politique publique pour l’égalité réelle ?

Sur l’ensemble de ces sujets, le CCIF adopte une approche pragmatique, en ne se limitant pas à un constat critique, mais en proposant également des solutions concrètes. Ces trois questions revêtent donc une importance toute particulière dans le contexte actuel et vous permettront, je l’espère, d’exprimer votre projet sur ces sujets aussi clairement que possible. Nous restituerons vos réponses fidèlement, afin que chaque électeur puisse en tenir compte dans son choix à l’approche des échéances électorales.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.