ADDH - CCIF BP05 93401 SAINT-OUEN CEDEX
09 54 80 25 93

Condamnation ferme du restaurateur du Cénacle par le Tribunal de Bobigny

5000 euros d’amende dont 2000 euros avec sursis, 1000 euros de dommages et intérêts pour la plaignante, 1000 euros au titre des frais d’avocat, affichage pendant deux mois de la décision de justice à l’entrée du restaurant « le Cénacle »​, 1 euro symbolique pour le CCIF et ​1000 euros au titre des frais d’avocat.​

Ce sont les condamnations ​prononcées à l’instant par le Président du Tribunal de la 16ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Bobigny  pour le délit de « discrimination dans la fourniture d’un service en raison de l’appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public » retenu contre le restaurateur du Cénacle.

Le CCIF salue cette décision de justice formulée en toute indépendance, équité et impartialité à l’abri des pressions médiatiques. Elle correspond à une condamnation ferme et sans équivoque des agissements islamophobes du prévenu.

Le restaurateur du Cénacle situé à Tremblay-en-France était jugé pour avoir refoulé violemment de son restaurant deux clientes de confession musulmane et revêtues d’un foulard, en raison de leur islamité.

Les propos islamophobes formulés par le restaurateur et enregistrés dans une vidéo étaient éloquents :

“Madame les musulmans sont terroristes et tous les terroristes sont musulmans” ; “cette phrase-là veut tout dire” ; “et je suis dans un pays laïc et j’ai le droit d’avoir une opinion” ; “Des gens comme vous, j’en veux pas chez moi, point barre !”.

Les faits avaient interpellé le maire de Tremblay-en-France, François Asensi, qui avait condamné fermement cet acte de rejet envers des concitoyens de confession musulmane ​et les policiers avaient fortement encouragé les clientes à déposer plainte.​

Cette condamnation prend acte de l’enjeu de la banalisation de l’islamophobie.

À l’heure où les propos stigmatisant les citoyens de confession musulmanes sont monnaie courante dans les discours publics, il est rassurant de constater que les juridictions jouent leur rôle de rempart face aux dérives islamophobes.

Ecrire un commentaire