« À aucun moment on m’a fait comprendre que mon voile pouvait poser problème »

1

« À aucun moment on m’a fait comprendre que mon voile pouvait poser problème » : le témoignage d’espérance de Adiatou Diallo, juriste au sein d’une compagnie d’assurance depuis 4 ans.

Ce témoignage a été partagé au moment de notre colloque sur le fait religieux en entreprise, organisé à Paris le 30 avril 2016 en partenariat avec Médiapart et Témoignage Chrétien.

Le parti de ce colloque était de démêler un écheveau en apportant des éclairages sur le fait religieux en entreprise. L’objectif était de concilier, dans la sérénité, l’impératif lié au bon fonctionnement de l’entreprise, tout en respectant les droits et libertés fondamentales des salarié-e-s.

Après la décision de la CJUE, aux entreprises de faire primer les compétences professionnelles, conformément aux missions de performance qu’elles doivent atteindre. À elles aussi de faire le choix entre être un espace d’inclusion de la diversité de ses salarié-e-s, ou un espace d’exclusion, validant le discours populiste.

Prochainement, nous partagerons des extraits du colloque, reprenant les apports aujourd’hui indispensables d’experts de renom issus de la recherche, du droit et du monde de l’entreprise sur le fait religieux en entreprise.

Tag(s): 
Tag(s): 

Commentaires

Anonyme A dit le 15 mars 2017. Lorsqu'Air France a demandé aux hôtesses de couvrir leurs cheveux, en raison que le client Iran exige ceci sur son territoire, tout le monde s'est dressé en bloc y compris les syndicats. La direction a fini par accepter la demande de plusieurs syndicats de mettre en place un «volontariat» sur la ligne Paris-Téhéran, qui doit rouvrir le 17 avril 2016. Lorsque Bougnaoui a refusé de se découvrir en raison que le client de Micropole s'est plaint d'avoir cette prestataire avec un voile sur la tête, tout le monde s'est dressé en bloc y compris les syndicats et la justice pour valider le licenciement. Même si la CJUE donner un coup de revers à la décision des prud'hommes et la justice en France, elle a ouvert une brèche qui risque de mettre à mal une longue lutte de la classe ouvrière pour ses libertés. Mais tant que ce sont les musulmans qui sont les premiers concernés, il n'y a pas de mal que le syndicat préserve la "liberté de l'entreprise".

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.