ADDH - CCIF BP05 93401 SAINT-OUEN CEDEX
09 54 80 25 93

Samy Debah quitte la présidence du CCIF

Chèr(e)s ami(e)s,

Je voudrais vous annoncer mon prochain retrait de la Présidence du Collectif Contre l’Islamophobie en France. Il sera effectif à compter du 1er mars 2017.

Mon départ s’engage dans la poursuite des engagements que j’ai portés depuis 13 ans en tant que président du CCIF. Il est en effet temps pour moi de passer la main afin de pouvoir me consacrer à d’autres projets, sur lesquels je communiquerai très prochainement à titre personnel.

Le conseil d’administration du CCIF se réunira prochainement pour désigner un président en intérim, avant des élections effectives.

Ce fut pour moi un réel honneur de participer à la naissance et au développement d’une structure de lutte contre les injustices et pour les droits humains. Ce sont mes principes de justice et de dignité que j’ai pu mettre en oeuvre au sein du CCIF.

En réfléchissant au chemin parcouru depuis le début, je réalise aujourd’hui le travail accompli grâce à chacun et chacune des bénévoles, permanent-e-s, donateurs et donatrices, sympathisant-e-s et adhérent-e-s.

En 13 ans, nous avons pu structurer un pôle juridique effectif capable de répondre par le droit aux sentiments d’injustice de milliers de victimes d’islamophobie.

En 13 ans, nous avons établi des partenariats solides à l’international pour coordonner ensemble des actions de lutte contre le racisme.

En 13 ans nous avons alerté au sujet de la réalité de l’islamophobie, au point qu’aujourd’hui ceux qui la nient sont idéologiquement positionné-e-s.

Ce travail a abouti à ce que nous donnions espoir à des milliers de personnes, toutes origines et confessions confondues, pour converger vers un modèle de société où le vivre-ensemble ne serait plus une vaine incantation.

C’est donc avec un sentiment de gratitude immense envers vous tous que je quitte mes fonctions. Merci.

La France est aujourd’hui à un moment important de son histoire.

Entre aveuglement des institutions face à une islamophobie qui ronge nos principes fondamentaux, et éveil d’une large partie de la société civile qui s’attache à ses valeurs, nous avons une responsabilité. Il appartient à chacun d’endosser le manteau du changement pour transformer ce moment de détresse en un pas vers une société plus juste et égalitaire.

C’est cette responsabilité que je continuerai à porter lors de mes prochains projets.

Samy Debah,

Président du CCIF

Ecrire un commentaire