A deux reprises, elle tente de la poignarder à la sortie de l’école

2

Ce vendredi 12 février à Vitry-Sur-Seine (94), Lola, maman musulmane voilée, vient chercher ses deux enfants à la sortie de l’école vers 16h15. Une mère d’élève, qu’elle ne connaissait absolument pas a tenté de la poignarder à deux reprises, avec la ferme intention de lui porter des coups.

Alors que Lola se penche sur son fils âgé de 10 ans pour prendre des nouvelles de sa journée, elle entend une femme proférer des insultes : « Qu’est-ce que t’as sal***, je vais te retirer ton voile !». Ne pouvant imaginer une seconde qu’elle puisse en être la cible, elle relève la tête très rapidement à deux reprises, seulement pour réaliser la seconde fois que c’est bien elle qui est visée par ces propos.

Gardant son calme, Lola lui explique que ce n’est pas une façon de parler. L’agresseuse s’approche d’elle et cherche frénétiquement un objet dans son sac. Lola protège son fils derrière elle. Elle imagine une bombe lacrymogène. Ce sera un couteau à manche noir équipé d’une lame blanche que l’agresseuse brandit. Effrayée, Lola ne pense plus qu’à se sauver au plus vite avec son fils. Habitée par la peur de trébucher et de tomber à terre à la merci de l’agresseuse, elle arrive à esquiver les coups de couteau et à s’enfuir.

Aucune des nombreuses personnes présentes n’ont réagi à cette première attaque.

« Je ne sais pas ce qui m’a choqué le plus, qu’une personne que je ne connais absolument pas puisse vouloir me tuer ou que personne n’ai cherché à me défendre » témoigne Lola.

Tremblante, Lola téléphone de suite aux policiers. Ce sera pendant qu’elle est au téléphone que l’agresseuse s’approche une seconde fois, très agressive, le couteau à la main, elle-même aussi en présence de son fils. Cette fois, un homme s’interpose et cherche à protéger Lola par l’entremise de son parapluie.

  • Aucune mesure d’éloignement n’a été prise par les forces de Police

Arrivant rapidement sur les lieux, peu de temps après l’agression, les forces de police prennent la déposition de Lola et de l’homme qui l’a protégé avec son parapluie. Ils se rendent ensuite au sein de l’établissement pour identifier l’agresseuse avec les éléments en main.

C’est encore secouée de tremblements que Lola rentre chez elle en voiture. 40 minutes plus tard, elle est convoquée au commissariat pour déposer plainte. L’agresseuse a été depuis identifiée par les forces de Police. Celle-ci a reconnu à moitié les faits, à savoir qu’elle a certes brandi un couteau mais sans avoir porté de coups et sans intention de la tuer.

Le lendemain Lola apprend avec effarement que l’agresseuse a été relâchée et qu’aucune mesure d’éloignement n’a été prise par les forces de l’ordre. Cette absence de mesure est proprement scandaleuse et relève d'un manquement grave du commissariat en charge de cette plainte.

Lola n’a pas pu accompagner ses enfants ce matin à l’école, traumatisée à l’idée de recroiser cette femme.

Amenés à consulter auprès d’un médecin de l’unité médico-judiciaire, Lola et son fils se sont vus prescrire respectivement 10 jours d’ITT (Interruption de temps de travail).

Le CCIF a pris attache avec la victime et lui a donné les conseils d’usage. Un suivi psychologique auprès d’une de nos psychologues lui a été conseillé.

L’audience sur cette agression islamophobe d’une rare violence aura lieu le 21 septembre prochain. 

Crédit Photo: Shutterstock

                                                     

Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 

Commentaires

C'est une honte qu'une personne puisse attenter à la vie d'une autre et se voir "libre", sans aucune sanction concrète et éventuel procès. J'espère vraiment que cette affaire n'en restera pas là! Que Dieu protège cette dame ainsi que son enfant ainsi que toutes les soeurs voilées ou pas. Cette jeune dame est vraiment dans nos plus profondes pensées et prières.
Passer au tribunal en septembre pour un acte aussi grave c'est de l'abus. Si cela avait été un acte antisémite ça aurait été plus rapide. Comme quoi il y a vraiment deux poids et deux mesures dans la justice. Pourtant la France était a la base le pays des droits de l'homme. ÉGALITÉ. ÉGALITÉ. Ça ne veut plus rien dire aujourd'hui. Hélas

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.