BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Comme Amina et Fauzia, défendez vos droits dans l’enseignement supérieur

Les grandes écoles et les établissements d’enseignement supérieur, en tant qu’institutions, ne sont pas en reste en matière de discriminations, et parfois cet état de fait découle d’une simple ignorance de ses fonctionnaires. Dans un contexte généralisé où une minorité tente d’imposer une version subversive de la laïcité, les confusions s’installent. Nous devons rappeler clairement que la laïcité défend la liberté de culte et impose la neutralité à l’Etat et n’a rien à voir avec cette laïcité qui voudrait que les individus affichent une neutralité religieuse.

  • Amina sera assurée de passer son concours avec son voile

Amina porte le hijab et s’est inscrite pour passer un concours afin d’accéder à une formation de soins infirmiers en Ile de France. Début avril, elle reçoit un mail d’information et de consignes concernant son concours.

Une mention l’interpelle « Afin de contrôler l’identité et l’absence de système permettant la communication, tout couvre-chef est interdit». Amina a eu le réflexe d’anticiper un éventuel différend concernant son voile et contacte le CCIF pour vérifier la légalité d’une telle consigne.

Notre service juridique lui confirme son droit de porter le voile durant son concours et s’occupe de saisir la hiérarchie de l’établissement pour leur faire un rappel à la loi. Après une simple médiation, la direction de l’établissement s’engage à accepter que « Madame Y participe aux épreuves avec le voile à condition qu’elle se prête au contrôle anti-fraude en dégageant ses oreilles »

Amina a pu passer son concours sans entrave.

  • Fauzia pourra continuer sa formation au lycée sans être inquiétée

Fauzia porte elle aussi un voile et souhaite suivre une formation de soin hospitalier au sein d’un lycée public général et professionnelle située en région Provence-Alpes-Côte-D’azur.

Fin mars, comme Amina, elle anticipe une éventuelle mésentente auprès de la direction de son lycée quant à son droit de porter le voile à l’intérieur de l’établissement. Elle appelle le CCIF pour obtenir des renseignements quant au cadre d’application de la loi du 15 mars 2004.

Suite à cet entretien téléphonique, le 20 mars, nous lui confirmons son droit de porter le voile dans l’établissement et lui envoie toutes les pièces juridiques nécessaires qu’elle peut présenter en cas de litige avec la direction du lycée. En cas de difficulté, il est prévu qu’elle fasse un retour auprès de notre service juridique.

Fauzia a eu raison d’anticiper : dès le premier jour, la proviseure du lycée tente de lui faire enlever son foulard. Fauzia lui présente alors les documents juridiques que nous lui avons transmis.

La proviseure a finalement compris qu’elle avait le droit de porter son foulard en toute liberté.

Elle transmet son témoignage à notre juriste :

Maintenant, cela fera 3 semaines, que je fréquente son lycée, nous nous croisons quasiment 3 fois voire plus dans la semaine, nous nous disons bonjour avec un sourire, et tout va bien.

Je dois tout cela à vous, je vous remercie infiniment et je vous encourage vivement de poursuivre dans ce secteur, car nous avons besoin de vous

Grâce à Amina et Fauzia, nous sommes assurés que ces établissements sont désormais au fait du cadre juridique français.

A l’aube de la période d’examen et des concours, connaissez vos droits et soyez intransigeants pour les défendre. Ici, nous mettons à votre disposition des fiches pratiques, claires et concises, pour être au fait du régime juridique.

Faites comme Amina et Fauzia, défendez vos droits.

Pour nous soutenir dans ce travail de tous les jours, donnez, adhérez au CCIF. Sachez que plus une association a d’adhérents, plus elle est crédible auprès de ses interlocuteurs. 

Crédit photo : Shutterstock

                                                          

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.