BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Discrimination au travail pour port de turban

  • Un nouveau signalement autour de l’application dévoyée du principe de laïcité nous est parvenu en Ile de France.   

Layla, de confession musulmane, venait d’être embauchée en tant qu’animatrice polyvalente au sein d’une association, ses compétences correspondant au poste pourvu. Le premier jour, Lundi 2 Février, elle se rend au travail avec un turban. Deux semaines plus tard, elle est convoquée à un entretien avec le directeur de l’association qui lui exige de se découvrir les cheveux parce que « l’association est laïque ».

Sans doute inspiré par la rhétorique médiatique ambiante et cherchant à se défendre d’une accusation de discrimination à l’embauche (quand bien même le sempiternel joker « laïc » eut été invoqué…), il s’est empressé de préciser qu’il n’avait rien « contre la religion islamiste » et qu’il estimait même que le simple fait de porter un bandana était « religieusement ostentatoire ».

  • Vos Droits, Notre action

Suite à cet entretien, Layla contacte le CCIF qui lui confirme le caractère discriminatoire de cette injonction. Le 20 Février 2015, le CCIF procède à un rappel aux textes de loi auprès du directeur de l’association. Le directeur nous dit « être heurté ». Le 25 Février, la salariée nous informe que son responsable « n’est plus contre le turban ».

Nous rappelons que les associations n’ont pas à se réclamer d’une identité laïque qui les autoriserait à trier sur le volet les candidatures de chacun en fonction d’un critère religieux, soit purement discriminatoire. En République, les associations ne peuvent se prévaloir d’un règlement intérieur qui leur permettrait de faire de la discrimination à l’embauche. La laïcité n’est pas un permis de discriminer. La mission du CCIF consiste à lutter contre les actes anti-musulmans, à fournir soutien et assistante juridique à celles et ceux dont les droits sont bafoués par des individus qui veulent instaurer leurs propres lois, au mépris de la législation française.

N’hésitez pas à consulter nos fiches pratiques  pour connaître vos droits et les faire valoir car vous n’avez aucun compromis à céder lorsque la loi est de votre côté.


Articles associés

% commentaires (5)

tant que nous aurons une association comme le ccif on avancera d\’où l\’importance de vous soutenir nous aussi par des dons!Merci.

salam alaykum

Excellent travail de médiation

Néanmoins attention à la formulation employée : « le CCIF procède à un rappel à la loi ».
Si l’utilisation de cette expression est compréhensible auprès des lecteurs non rompus au vocabulaire juridique et donc juste « terminologiquement », n’oubliez pas que le « rappel à la loi » est une décision de justice. Qu’en ce sens, seuls les magistrats, leurs délégués et les OPJ sont à même de la notifier au mis en cause.

@Mohamed : Puisqu’on essaye d’être rigoureux…ce communiqué est-il un « rappel à la loi » formulation juridiquement consacrée, ou plutôt « un rappel aux textes de loi » auquel « procède le ccif » et que chacun est en droit de faire…?

Bonjour, pourriez vous m’éclaircir? Je suis une femme voilée et j’ai été embauché dans une entreprise de vêtement dès le premier jour de formation on m’a demandé d’enlever mon voile c’était très dur pour moi alors j’ai voulu mettre le turban chose qu’ils n’ont pas non plus accepté car ils souhaitent que les vendeuses est une coupe de cheveux propre et coiffée. J’ai donc fini par céder après un long débat avec le directeur qui ne voulait rien savoir. On-t-il le droit de m’empêcher de mettre un turban?

Bonjour, vous pouvez contacter notre permanence juridique dans la rubrique « contact » du site.
Cordialement,
L’équipe communication CCIF

Ecrire un commentaire