BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Le Grand Orient et sa vision dévoyée, autoritaire de la laïcité

Dans l’affaire Baby-Loup, la première obédience maçonnique française le Grand Orient avait déjà, dans un style effronté, exhibé le rôle qu’elle s’était décidée de jouer en décernant en 2013 un prix risible à la crèche.

Un prix décerné à une crèche pour la soutenir « dans les difficultés qu’elle a rencontrées pour mettre en place des règles de neutralité de fonctionnement, indispensables au vivre ensemble de communautés d’origines et de milieux très divers ». En somme, un prix en forme de soutien à une conception dévoyée de la laïcité : absolutiste, étriquée, anti-religieuse et qui s’affiche aujourd’hui comme, rien de plus, qu’un gri-gri anti-musulmans. 

Dans un communiqué, le Grand Orient appelait déjà, en pleine affaire Baby-loup, « le Parlement à adopter très rapidement une législation sur l’interdiction des signes religieux dans les établissements de la petite enfance ».

Rebelote aujourd’hui, le Grand Orient relaie récemment, dans son point de presse de rentrée, l’inquiétude de ses « frères et soeurs francs-maçons » face à un « consensus mou » sur la laïcité. Le « grand maître » appelle à légiférer et dit « ne pas partager l’avis de l’Observatoire de la Laïcité auprès du Premier ministre » selon lequel, dit-il, « il n’y a rien à changer sur le plan législatif ». 

Daniel Keller « grand maître », ajoute insidieusement : « La règle protège, c’est son absence qui délite (la société) et inquiète », il s’agit de « rappeler quels sont les principes de la laïcité ». 

Il s’affolle également : « personne ne bouge » et  milite, en outre,  pour l’instauration d’une « journée nationale de la laïcité » chaque 9 décembre en souhaitant que l’idée, « géniale » soit relayée au Parlement.

  • Quelle légitimité a le Grand Orient  ?

Le CCIF  s’interroge, quant à elle, sur une quelconque légitimité de l’officine maçonne à exiger l’imposition d’une vision sectaire de la laïcité et vouloir porter haut, à travers « une journée nationale de la laïcité », sa lecture dévoyée des lois de 1905.

C’est plutôt pour les citoyens de confession musulmane qui subissent les coups d’une islamophobie diffuse et quotidienne que « personne ne bouge ». Le Grand Orient devrait plutôt faire de la « liberté absolue de conscience » l’un de ses principes constitutifs et fondamentaux et ainsi militer, naturellement, pour que les musulmans de France bénéficient de leur droit à vivre libres sans être inquiétés dans leur liberté de conscience et l’expression sereine, garantie de leur croyance.

Crédit photo : Wikipedia

Articles associés

% commentaires (1)

Il vaut mieux ignorer le Grand Orient. Ils se rendent ridicules.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.