BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Le cochon, outil de profanation préféré des islamophobes

  • Un porcelet déposé devant la mosquée de Portalier

Lundi 22 septembre, les responsables de la mosquée de Pontarlier ont découvert le cadavre d’un porcelet de 7 kilos devant la porte d’entrée du lieu de culte. La police a été immédiatement prévenue et le cadavre de l’animal retiré. Il semblerait qu’aucune effraction n’ait été constatée. Le commissariat de police de Pontarlier a dès lors ouvert une enquête. Tahar Belhadj, président de la fédération régionale de la grande mosquée de Paris dénonce un « acte intentionnel » et dénonce « l’islamophobie chronique à l’oeuvre en Franche-Comté ».

La profanation du lieu de culte a été également « fermement condamnée » par Stéphane Fratacci, qui, s’exprimant au sujet du porcelet déposé devant la mosquée, dénonce son caractère « indigne ». Le préfet de Doubs a tenu par ailleurs à « assurer à l’ensemble de la communauté musulmane de la pleine mobilisation des enquêteurs pour identifier, interpeller et déférer à la justice le ou les responsables de cet acte intolérable », rappelant l’objectif de l’Etat à veiller « dans le cadre de la laïcité, au respect des sites et des libertés de culte ».

Afin de témoigner du soutien de l’Etat, le sous-préfet de Pontarlier s’est rendu sur place afin de rencontrer les responsables de la mosquée. 

  • Condamnation d’islamophobes ayant déposé une tête de cochon devant une mosquée à Mayotte

Espérons que justice sera faite comme ce fut le cas récemment à Mayotte. En effet deux épouses de gendarmes ont été condamnées mercredi dernier à neuf mois de prison pour avoir déposé une tête de porc devant une mosquée dans la nuit de 31 décembre au 1 janvier 2014. Une des femmes, ainsi que son compagnon gendarme, étaient poursuivis pour « provocation à la haine, à la violence où à la discrimination en raison de l’appartenance à une religion ».

Le procès avait été reporté à deux reprises pour finalement se tenir mercredi à Mamouzdou. Beaucoup de monde, dont un grand nombre de femmes et de cadis (responsables religieux), se sont rendus au procès, blessés par cet acte islamophobe.

L’acte a déclenché la colère de la population, qui a manifesté en masse à deux reprises afin de réclamer le respect de leur religion. Le préfet Jacques Wirkowski a qualifié cet acte de « choquant et d’indigne » et Victor Lurel, ministre des Outre-mer, a souligné l’odiosité de la profanation.

Les accusés, bien que s’étant répentis de leur « pari » initié lors d’une soirée alcoolisée et ayant présenté leurs « excuses » et « regrets » pour avoir « blessé une communauté et sa religion », ont été  condamnés. 9 mois de prison dont 6 mois avec sursis pour les deux femmes et 6 mois de prison avec sursis pour le mari complice. Les trois personnes ont été condamnées à deux ans de mise à l’épreuve et sont tenues d’indemniser la mosquée de Labattoir, partie civile, à hauteur de 16.000 euros, 3000 euros d’amende chacun.

  • Non le porc n’est pas une « cryptonite » anti-musulmans

Ce type d’actions, dont certains ne mesurent pas la portée profondément insultante et le caractère haineux, devient monnaie courante sur le territoire français. Qui plus est, nous nous demandons bien ce que cette mode de déposer du porc sur les lieux de culte musulmans a de pertinent ? Rappelons que les musulmans, s’ils ne mangent pas de porc, ne fuient pas devant un bout de cochon.

« L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine mène à la violence… Voilà l’équation » – Averroès

Crédit photo : Shutterstock

Articles associés

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.