BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Fillon aussi

François Fillon a tenté mercredi dernier une sortie qui a fait flop.

Dans une Tribune publiée le 27/03/2013 sur Le Monde.fr, l’ancien premier ministre affirme que « certains tentent de défier nos lois et nos moeurs, au nom de leurs croyances et de leurs coutumes ». On ne cherchera pas à savoir qui se cache derrière ce « certains », la réponse est malheureusement trop évidente à la lecture de sa tribune. Il semble que lorsque les idées politiques viennent à manquer, et qu’une carrière s’essouffle, la solution toute trouvée pour se redonner un coup de frais, c’est l’islamophobie.

L’ancien premier ministre martèle que « la laïcité doit s’étendre aux entreprises privées ». Reprenant ainsi les velléités de loi d’Eric Ciotti, secrétaire UMP chargé de la sécurité, que nous avions soulevées dans un précédent article. Celui-ci s’était en effet empressé, après le délibéré de la Cour de cassation dans l’affaire Baby Loup, de proposer une modification de la loi afin de permettre aux entreprises privées d’interdire « les signes religieux qui peuvent choquer ».

Fillon, pourfendeur de la laïcité?

Prendre la responsabilité de modifier la loi afin d’interdire les signes religieux dans les entreprises privées, c’est prendre la responsablité de dévoyer complètement la laïcité dans son noble sens au profit d’une islamophobie d’état à peine camouflée. Ce que Mr Fillon considère comme « indifférence », le fait de respecter l’arrêt de la Cour de cassation dans l’affaire Baby Loup, correspond en fait à l’application de cette laïcité qu’il prétend défendre.

Rappelons à Mr Fillon que les couacs sur les questions religieuses n’ont pas manqué pendant le dernier quinquennat. Et que sa conception de la laïcité ne semble s’appliquer qu’aux musulman-e-s : 

  • En 2011, le journal en ligne Médiapart révélait que, sur demande de l’Elysée, des étudiants juifs pratiquants s’étaient vus accorder des sessions spéciales pour passer les concours des Grandes écoles.
  • En 2012, lorsque le sujet brûlant des piscines non-mixtes a été abordé, l’UMP a vilipendé les femmes musulmanes en les accusant d’exiger des horaires aménagés. Pourtant, de tels horaires sont pratiqués depuis des années dans certaines villes de France, sans que l’UMP ne s’en émeut …
  • Mr Fillon n’en est pas à son premier coup d’essai en terme de flop comme celui-ci. L’année dernière en pleine campagne présidentielle, il s’est attaqué au halal et au casher, les considérant comme des « traditions ancestrales » qui ne correspondraient plus aujourd’hui « à grand-chose dans un pays moderne ». 
    Richard Prasquier, le président du Crif, lui avait alors répondu :

    J’ai été stupéfait par cette déclaration du Premier ministre. Quand on est Premier ministre de la France, une position personnelle devient ipso facto une position officielle, or le gouvernement n’a pas à donner des conseils en matière de tradition religieuse.

A partir de là, on peut raisonnablement penser que François Fillon reproche aux autres ce qu’il devrait se reprocher à lui-même. Ainsi, et pour paraphraser ces propos, certains tentent en effet de défier nos lois et nos moeurs … au nom de leur islamophobie latente et leurs ambitions politiques.

Articles associés

% commentaires (1)

Il est scandaleusement honteux de se voir propulsés à l’époque de la chasse « aux sorcières ».

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.