BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Croix gammées à Ozoir-la-Ferrière

Pas moins de 40 mosquées ont subi des dégradations à caractère islamophobe au cours de l’année 2012, comme l’indiquent les premières estimations chiffrées publiées par le CCIF il y a quelques jours. En 2013, ce chiffre ne semble pas prêt de diminuer.

En effet, deux croix gammées ont été inscrites dans la nuit de samedi à dimanche sur les murs de la mosquée Attawba, à Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne). Les fidèles venus pour la prière de l’aube ont également découvert sur la façade du lieu de culte les slogans « Vive la Gaule » et « Nike l’islam« , taggés à la bombe noire. 

Sur place, la communauté musulmane locale réagit, entre incompréhension, inquiétude et indignation. Hamed Kamouch, président de l’association qui gère le lieu de culte ouvert depuis 2002, s’étonne de cet acte de vandalisme : « Depuis dix ans qu’on est ici, on s’entend très bien avec les voisins ». Pour Abdelaziz Aït Ali, le secrétaire de la mosquée, de tels agissements mettent en péril la cohésion sociale :

« Or ce qu’on souhaite, c’est que les gens soient apaisés car on prône la tolérance et la paix ». Enfin, pour ce père de famille venu accompagner sa fille à son cours d’arabe : « C’est vraiment n’importe quoi ! Ça me choque qu’on insulte une religion, quelle que soit la religion d’ailleurs, c’est pareil pour le christianisme, le judaïsme ou le bouddhisme ».

Une plainte a été déposée au commissariat de Pontault-Combault. Selon Abdelaziz Aït Ali, c’est la première fois que ce genre d’incident a lieu dans la commune. Mais à l’échelle nationale, cela n’a rien d’inhabituel : en janvier, plusieurs mosquées ont déjà été la cible de tels actes.

Le CCIF espère que leurs auteurs seront retrouvés. Mais surtout, que les autorités prendront enfin conscience de l’ampleur du phénomène et de l’urgence d’y réagir en prenant les mesures qui s’imposent. François Hollande est jusqu’à présent resté sourd aux appels de plusieurs associations qui demandent que la lutte contre l’islamophobie soit déclarée cause nationale, au même titre que l’antisémitisme.

Mise à jour du 4 février 2013 : lundi matin, des inscriptions islamophobes similaires ont été découvertes sur la façade d’un centre culturel municipal de la ville : les slogans « Nike l’islam », « Vive la France jusqu’à la mort », taggés à la bombe noire.

On relève quelques expressions surprenantes dans le traitement politique et médiatique de l’incident.

Les journalistes de Libération se sont ainsi senti obligés de préciser que la mosquée est « dénuée de toute obédience fondamentaliste » : une telle remarque est-elle nécessaire ? Les dégradations auraient-elles été moins répréhensibles, si la mosquée avait été plus « fondamentaliste » ? La mosquée est-elle victime ou suspecte dans cette affaire ?

Quant au maire UMP de la commune, Jean-François Oneto, il a condamné les faits, en prenant néanmoins le soin de préciser : « Toutes les opinions ou presque peuvent être exprimées ». Selon lui, ce n’est que parce qu’ils sont « anonymes » que ces propos sont inacceptables. Il a affirmé « Je désapprouve totalement ces méthodes ». Faut-il comprendre qu’il réprouve sur la forme mais partage sur le fond ?

En revanche, une fois n’est pas coutume, on salue la fermeté des propos de Manuel Valls, qui a dénoncé « des inscriptions nauséabondes et haineuses« , et mis en garde « ceux qui tentent de diviser les Français et de porter atteinte à notre cohésion nationale ». Le ministre a déclaré : « la République n’acceptera jamais de telles provocations, et saura se montrer très ferme ». Si ces paroles lui font honneur, le CCIF attend à présent des actes…

Articles associés

% commentaires (1)

Il serait temps que les politiques dénoncent ces actes islamophobes. Décidément, ils ne bougent que pour une catégorie de Français. Il serait bon qu’ils reconnaissent enfin la plaine citoyenneté de tous et condamnent fermement ces actes racistes.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.