Le LCL ne veut pas de clients musulmans?

4

L'agence LCL (Le Crédit Lyonnais) de Gonesse a récemment clôturé le compte de l'association musulmane Oummati. L'évènement, relayé sur les réseaux sociaux et par le site Al Kanz, est l'occasion de dénoncer les pratiques de plus en plus discriminatoires de certaines banques envers leurs clients musulmans, qu'ils s'agissent d'institutions ou de simples particuliers.

L'association loi 1901 Oummati s'est en effet vu clôturer arbitrairement son compte tenu par une agence bancaire du LCL à cause d'un versement qui, selon l'établissement, manquait de transparence. Prétexte grotesque et même grossier de la part de professionnels qui manient parfaitement des produits bancaires et autres instruments financiers dérivés parfois incompréhensibles. En effet, il s'agit là d'une simple opération courante où l'origine du versement est totalement connu et transparent émanant d'une association déclarée et parfaitement en règle. La raison évoquée par la banque est dès lors totalement illégale. L'ouverture du compte de l'association au LCL s'était déjà faite dans la contrainte par injonction de la Banque de France, ce qui confirme la volonté anticipée de la banque de se défaire de son client.

Cette affaire s'ajoute aux nombreux cas où des musulmans, particuliers et institutions, en raison de leur appartenance religieuse, se voient discriminés. De l'invocation du secret bancaire en 2005 pour clôturer le compte de la Grande Mosquée de Créteil aux injonctions illégales d'enlever le voile pour pouvoir accéder aux agences, l'islamophobie ne s'invite plus sous couvert de laïcité. A moins de vouloir paraître ici risible ou ridicule. Mais que trotte-t-il dans la tête des directeurs de certaines agences bancaires pour que des décisions arbitraires soient prises à l'encontre de certains de leurs clients?

Le CCIF invite promptement les sièges des banques incriminées à donner des directives claires à leurs agences afin de ne plus se décharger de leur responsabilité aux motifs de cas isolés et spécifiques. Des explications sérieuses doivent aujourd'hui être fournies par le Crédit Lyonnais et le Crédit Agricole concernant la fermeture du compte de l'association Oummati. Car s'il s'agissait réellement d'un manque de transparence, ce qui n'est pourtant pas le cas, ou de virements douteux, la banque devrait être tenue légalement de saisir les services de police compétents.

La première banque de France, le Crédit Agricole, à qui appartient le Crédit Lyonnais ou encore le Crédit du Maroc entre autres, a tout intérêt à éclaircir sa position parce qu'il est certain, en effet, que seul "le bon sens a de l'avenir".

Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 

Commentaires

il suffit de regarder les pubs de cette banque LCL et des ses personnages qui pavanent et s'amusent à mimer l'arrogance sioniste, pour voir que c'est un nid de sionistes et donc qu'ils mènent une guerre contre les musulmans! seuls ceux qui ne veulent pas voir sont aveugles et ne voient pas cela!!!! si les musulmans ne veulent toujours pas comprendre cela alors tant pis pour eux....

Toutes ces injustices envers les musulmans sont possibles pour une
seule raison: les musulmans ne sont pas organisés pour faire valoir leurs droits!
Pour que cela change vraiment en France, il est capital de se faire entendre et
de créer un vrai rapport de force. Sinon les musulmans continueront à se faire
humilier, les dégradations des cimetières et des mosquées se poursuivront.

Pour commencer, il faut interpeller les élus et leur demander des comptes et que les musulmans créent un rapport de force pour avoir des décisions en leur faveur!

Tout le reste c'est du blabla, il faut passer à l'ACTION!!

* lorsqu'on observe comment les israélites sont organisés malgré leur nombre moins important, il serait judicieux d'en prendre de la graine !

Qu'Allah nous facilite...

Article intéressant, dommage que celui-ci soit pollué par des commentaires de raciste stupide et primaire.

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.