Des islamophobes complexés

0

L’assimilation complète est un mythe. Richard Millet et consorts qui roulent aux idées xénophobes et islamophobes sont là pour nous le rappeler.

Récemment, et cette fois, dans l’émission du mardi 8 février de Taddeï, R. Millet récidive avec des propos xénophobes et islamophobes : il ne supporterait pas les mosquées, trop d’étrangers, des maghrébins et des noirs, il se sentirait exclu. Elevé et grandi au Liban, l’individu souffre. En sa bêtise, cet individu suggère une réflexion. Pourquoi certains hommes et femmes nés de double-culture se transforment en xénophobes et /ou en islamophobes convaincus, une fois propulsés dans les sphères de la France d’en haut ? Une fois que la parole publique leur est confiée ? S’ils ne l’ont pas toujours été, évidemment.

L’assimilation est un mythe car ces individus haineux révèlent en eux un complexe, ou un conflit de loyauté peut-être, entre leur double-culture. Un complexe généré par un fantasme qui voudrait que l’une de leurs deux cultures absorbe et digère l’autre. Un complexe qui se traduit par une haine de ceux qui assumeraient sans sourciller une richesse de leur identité culturelle. Ceux qui se sont intégrés. L’intégration au sens vrai du terme et non celle instrumentalisée. Les intégrés qui trouvent important de vivre-ensemble, de changer et important de vivre avec soi, de garder des invariants culturels. Les musulmans en ligne de mire.

Il n'est d’ailleurs pas rare de voir se multiplier ce genre d’individus dans les médias, le virage tout à droite de la campagne présidentielle leur servant de tremplin. On verra d’ailleurs certainement dans certains partis des hommes et femmes issus de la diversité parachutés pour mieux taper sur la composante musulmane de notre société. Les techniques sont usitées mais prouvées.

Les musulmans qui s’assument sont en « sécurité culturelle » et ne souffrent pas de complexe, ils n'ont pas de leçon à recevoir d’individus qui trouvent qu’il y a trop de mosquées en France et que s’appeler Mohammed c’est ne pas être français. Des individus qui réduisent l’identité au folklore traditionnel franchouillard et qui trouvent dangereux de se frotter à l’altérité par peur de perdre ce qui leur restent d’eux-mêmes. Les biologistes les plus sérieux considèrent qu’il faut huit générations pour voir s’effacer les apports génétiques de l’héritage biologique des aïeux. Si on ose le parallèle avec l’héritage culturel, on n’a pas finit de voir ce genre de raciste complexé crier sa détresse et se sentir alors étranger dans la France d’aujourd’hui.

Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question est pour vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées (spam).
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.

© 2013 CCIF. Tous droits réservés.