11 septembre 2001

0

Treize ans. Qui aurait pensé à ce moment là que, dix ans plus tard, je commenterai  les conséquences de ce qui semble être l’évènement qui a changé le monde à l’aube du 21e siècle ?

J’ai eu l’opportunité d’être sur l’émission « World Have Your Say » de la chaine BBC World. Durant cet épisode, j’ai échangé avec d’autres jeunes qui, comme moi, étaient adolescents lorsque les avions se sont écrasés sur les tours jumelles du World Trade Center. Comment pouvais-je imaginer que ma vie serait affectée par un évènement qui s’est produit de l’autre côté de l’Atlantique ? Comment pouvais-je comprendre en voyant l’expression grave de mes parents qu’il ne s’agissait là que du début d’une longue série de tragédies qui continuent jusqu’à ce jour ? En écoutant ces jeunes partager la détresse qui a ébranlé leur enfance ce jour là et qui les a brutalement projetés dans « le monde réel », je n’ai pas pu m’empêcher d’éprouver de la peine pour notre génération.

« Ne transformez pas une tragédie en guerre »

 

Le 11 septembre, j’ai été jetée avec tous ceux qui partageaient ma confession du côté diabolique. L’ennemi avait un nom, un visage et une religion, et tout ceux qui lui ressemblaient étaient traités de la même manière. La base militaire de Guantanamo a commencé à se remplir d’homme barbu, alors que Bush Junior promettait la vengeance à tout bout de champ.

Dix ans plus tard, plus d’une centaine de « détenus » sont toujours à Guantanamo en tant que « prisonniers de guerre », attendant un hypothétique procès sans qu’aucune charge ne soit prononcée contre eux. Déclarant fièrement que « le monde est un endroit plus sur grâce à ce centre de détention où la Convention de Genève ne s’applique pas », tout en montrant aux journalistes le « confort » dans lequel vivent ces « prisonniers de guerre », le gouvernement américain semble cependant oublier qu’il a détruit la vie de centaines d’hommes qui n’avaient aucune relation avec Al Qaida, ainsi que celle de leurs familles.

Le 7 octobre 2011 marquera les dix ans du début de la guerre américaine en Afghanistan. Un total de 1 260 milliards de dollars ont été attribués par le Congrès américain pour les guerres en Afghanistan et en Irak à la fin du mois de septembre 2011 ; 797,3 milliards de dollars pour la guerre en Irak, 459,8 milliards pour celle en Afghanistan, faisant payer 48 644 Afghan et 1 690 903 Irakiens payer de leurs vies pour un crime qu’ils n’ont pas commis (Voir NPP's "Cost of War" Counters & Unknown News’s Body Count).

Islamophobie

Quelque chose qui allait affecter tout musulman à travers le monde devenait de plus en plus claire. En France, le racisme n’était pas vraiment défini, grosso modo orienté vers les Arabes de manière générale. Après le 11 septembre, il a pris une nouvelle forme, celle d’un racisme anti musulman. La femme voilée est devenue la cible facile de toute cette haine accumulée, un rapport du CCIF stipule que 40% des actes islamophobes sont commis par des employés de l’Etats (officiers de polices, employés des mairies et écoles…), que toutes les deux semaines, une mosquée, une école ou un cimetière musulman est vandalisé. Et ce ne sont que les statistiques officielles.

Et malgré tout cela, l’islamophobie reste un phénomène largement ignoré. Selon un cable de Wikileaks, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU a proposé en décembre 2009 une résolution condamnant l’islamophobie. Cette résolution a immédiatement été rejetée par les Etats Unis. La délégation américaine a ensuite exercé une pression sur d’autres Etats – parmi eux des Etats musulmans comme le Maroc – pour qu’ils ne votent pas pour cette résolution, prétextant la nécessité de « maintenir la voix de la raison et de la tolérance au sein de la Ligue Arabe ». Même Microsoft Word ne reconnait le mot anglais « islamophobia ».

Les extrémistes du 11 septembre ont personnifié l’Islam et les musulmans à des gens qui, pour la plupart, n’y connaissaient absolument rien. Cela a été une introduction violente à une culture considérée en marge de la société occidentale. J’ai l’impression de me répéter, de répéter ce que nombre de musulmans et de non musulmans ont ressassé dix années durant ; comment peut-on généraliser ainsi ? Est-ce parce que le monde a besoin d’un ennemi ?

Le CAIR (Council on American-Islam Relations) a enquêté auprès des musulmans Américains pour son rapport annuel ; « Sur une échelle de 1 à 10, 1 étant une société américaine absolument dépourvue d’islamophobie et 10 la pire situation possible pour les musulmans américains, à combien estimeriez-vous l’islamophobie aux Etats Unis aujourd’hui ? ». La moyenne des réponses recueillies a été de 6,4. Et dix ans plus tard, alors qu’un dialogue interculturel aurait du être l’issue naturelle, un livre de coloriage a été publié pour « apprendre aux enfants la vérité sur le 11 septembre », en associant « musulman » et « Islam » à « terroriste » ou « extrémiste ». Est-ce la vérité que l’ont veut inculquer aux enfants ? Ou bien a-t-on oublié que des familles musulmanes ont aussi perdu des êtres chers le 11 septembre, que la communauté musulmane à travers le monde a été parmi les premières voix à s’élever pour condamner les criminels qui ont perpétré ces atrocités en son nom ? Comment peut-on s’attendre à ce que des enfants qui ne connaissent rien à l’Islam puissent faire la différence entre un extrémiste et un musulmans après avoir lu un livre pareil ? Comment peut-on s’attendre à avoir une société paisible quand on ne fait qu’alimenter la haine ?

Je me suis rendue compte à quel point la situation était critique dix ans plus tard quand, le 22 juillet 2011, je me suis mise à prier de tout mon cœur en voyant les évènements d’Oslo se dérouler que le terroriste n’était ni musulman, ni même Arabe. Et malgré le fait qu’il s’agissait d’un chrétien d’extrême droite, des voix ont commencé à s’élever partout en Europe, pointant le massacre d’Oslo comme une conséquence de l’invasion musulmane, et présentant la lutte contre l’Islam comme seule rempart contre de tels atrocités.


Je pose à nouveau la question : comment espère-t-on atteindre la paix ?

 

@Ammoun_


Tag(s): 
Tag(s): 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.