Le voile, les signes religieux ostensibles et leurs interdictions

0
La loi d'octobre 2010 sur l'interdiction du voile intégral dans les lieux publics, effective depuis lundi, complète la loi sur la laïcité de 2004 prohibant le port de signes religieux ostensibles à l'école (foulard, kipa, grandes croix).

PARIS, 11 Avril 2011 (AFP)
Sont interdits dans tous les espaces publics:
- Le niqab, voile intégral complété par une étoffe ne laissant apparaître qu'une fente pour les yeux. Ce voile s'est répandu sous l'influence de l'islam wahhabite. Certaines femmes y ajoutent des lunettes de soleil et des gants, voire un masque.
- La burqa, à l'origine le vêtement traditionnel des tribus pachtounes en Afghanistan, ce long voile, bleu ou marron, couvre complètement la tête et le corps, un grillage dissimulant les yeux. Cette tenue, rendue obligatoire par les talibans, prévaut toujours. Elle est quasi-inexistante en France.
Ces voiles intégraux qui, comme les cagoules ou masques, rendent impossibles l'identification d'une personne, sont jugés contraires aux principes de liberté, d'égalité et de dignité humaine prônées par la République française.
Sont interdits dans les écoles, collèges et lycées publics:
- Le hidjab: ce voile cache les cheveux, les oreilles et le cou, ne laissant voir que l'ovale du visage. Promu par les Frères musulmans, il est souvent complété par une tunique ou un imperméable. Le hidjab est formé sur la racine arabe hajaba, qui signifie cacher, dérober aux regards. Si porter un foulard est un acte de foi et n'a obligation que pour les musulmans les plus rigoristes, il ne relève pas des "piliers" de la foi musulmane.
- Le lithâm (cache-nez) ou encore khimâr, terme générique qui désigne tout ce qui couvre la tête: mantille, châle ou écharpe. Pour l'islam, les cheveux féminins sont un symbole de séduction et le Coran prescrit aux croyantes "de rabattre leur voile sur leur poitrine (sourate 24, 31).
- Le tchador, vêtement traditionnel iranien, porté essentiellement par les pratiquantes. Il s'agit d'une grande pièce de tissu posée sur la tête, laissant apparaître l'ovale du visage. Le port du tchador n'est pas obligatoire en Iran, à la différence du port d'un voile sur la tête.
- La kippa: les juifs, lorsqu'ils prient, étudient, ou mangent, doivent avoir la tête couverte, en signe de respect de Dieu. "Couvre-toi la tête afin que tu puisses avoir la crainte du ciel", dit le Talmud. Les juifs orthodoxes restent toujours couverts lorsqu'ils sortent de chez eux.
- Le bandana (de l'hindi "bandhana", qui signifie attacher), pièce de tissu triangulaire, n'est pas interdit en soi, sauf s'il couvre entièrement les cheveux et est porté en permanence, devenant un signe ostensible.
- Les croix catholiques et la double croix orthodoxe "de dimension manifestement excessive", témoignant ostensiblement d'une appartenance religieuse, sont également proscrites.
En revanche, la loi de 2004 ne remet pas en cause le droit des élèves de porter des signes religieux discrets.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question est pour vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées (spam).
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.

© 2013 CCIF. Tous droits réservés.