Tarbes. Tags racistes sur les murs de la mosquée

0
Les personnes en charge du lieu de culte croient à l'acte de personnes voulant créer des tensions entre les communautés juive et musulmane.
La communauté musulmane de Tarbes est sous le choc.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, avant 3 heures du matin, un ou plusieurs individus ont tagué de propos racistes et de symboles du judaïsme 2 murs et 3 portes de la mosquée du quartier de Laubadère. à la bombe de peinture noire et en gros caractères, il a été écrit sur ces murs : ' les ratons de mort et la sale race dehors '. Sur l'une des portes a été dessinée une étoile de David et écrit Iraël (le S a été oublié). Sur une autre, une autre étoile de David et une ménorah, ce chandelier à 7 branches qui témoigne, pour les juifs, de la relation permanente et réciproque qu'ils ont avec leur Dieu.
Sur la troisième porte, une étoile de David, encore, accompagnée d'un terrible propos : ' ratons dehors '.
Dès qu'elle a eu connaissance de ces tags, la police s'est rendue sur place. Elle les a photographiés et les techniciens scientifiques se sont attachés à relever d'éventuelles empreintes sur les endroits souillés. Ils ont également prélevé un peu de peinture pour en déterminer l'origine. Selon les premières constatations, il semblerait que les dessins et propos aient été écrits par la même main.
Hier, vers 9 h 30, des employés de la ville sont venus recouvrir de peinture blanche les inscriptions et symboles.
' Je ne sais pas qui peut avoir fait une chose pareille ? ', s'indigne Ali El Yahyaoui, le vice-président de l'association La Mosquée culturelle des Marocains des Hautes-Pyrénées, structure qui a créé et gère ce lieu de culte. Pour lui : ' C'est peut-être l'acte d'une personne qui a bu et n'a rien à faire d'autres, ou d'un raciste qui chercherait à monter la communauté musulmane contre la communauté juive ? '. Il précise que ' c'est la première fois depuis 1993, année de création de la mosquée, qu'un tel acte est perpétré '. L'association, qui a porté plainte, n'exclut pas, si cela ' s'avère nécessaire ', de doter le bâtiment de caméras de surveillance. Pour l'heure, l'enquête se poursuit.
Réactions unanimes de condamnation de ces actes
L'Association cultuelle israélite de Tarbes et des Hautes-Pyrénées ' déplore et condamne ces actes avec la plus grande fermeté. Tous les lieux de culte doivent être respectés, quelle que soit la religion '.
Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes, ' condamne fermement ces actes. Jusqu'à présent, ce type de manifestations était rare dans notre région qui était relativement protégée. C'est un très mauvais signe, tant sur le plan religieux que sur le plan social. Il est particulièrement pervers et extrêmement dangereux de mélanger des éléments ethniques et des éléments religieux. Cela peut radicaliser des oppositions. Rajouter une provocation religieuse est totalement absurde '.
Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, est ' scandalisé que des personnes en arrivent à de tels agissements. C'est un manque de tolérance et d'irrespect intolérables, affirme-t-il. Je tiens à dire à mes amis de la mosquée que je suis près d'eux dans ces circonstances difficiles. Quant au contenu des inscriptions, les auteurs ont cherché l'amalgame. Cela n'a évidemment rien à voir avec la réalité '. Au passage, Gérard Trémège regrette ' la recrudescence d'agressions, d'incivilités et d'atteintes aux biens qui ont lieu dans le quartier en ce moment. Je ne sais pas si l'installation de caméras de surveillance pourra avoir un impact. En attendant, je souhaite que les forces de police soient plus présentes '. Au delà, le maire s'insurge contre ' les saccages qui visent les chantiers ' en cours sur le quartier : reconstruction de petits ensembles dans le cadre de l'ORU et de l'aménagement du nouvel espace vert. ' Le Grand Tarbes, la mairie de Tarbes et le groupement d'entreprises vont mettre en place un système de surveillance nocturne avec des agents de sécurité et des chiens. Mais c'est quand même malheureux d'en arriver là ', déplore l'élu.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.