BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Dissoudre le CCIF : la bascule d’un état de droit vers l’arbitraire

#

Il y a dix ans, la dissolution du CCIF n’était réclamée que par les groupuscules identitaires de l’ultra-droite, que notre association a plusieurs fois fait condamner pour incitation à la haine et apologie du terrorisme. Parce que le CCIF a choisi le droit, il était alors accusé par ces groupuscules de faire du « djihad judiciaire » ; cela parce qu’il fut insupportable pour eux d’être condamnés par la justice du pays dont ils prétendent entreprendre la Reconquista. A l’époque, l’expression était ridicule. 

Cette accusation de « djihad judiciaire » a aujourd’hui pénétré dans la classe politique qui est au pouvoir, et qui prétendait en 2017, pour se faire élire, être un barrage à l’extrême-droite. La dissolution du CCIF est aujourd’hui réclamée par le ministre de l’intérieur en personne, Gérald Darmanin, au nom du projet de loi contre les « séparatismes », projet que nous avons dénoncé dès février 2020, au moment où ce mot avait été introduit dans le débat public par le président Emmanuel Macron, dans un discours sur la Reconquête républicaine. Nous avons montré comment ce discours guerrier pouvait provoquer ce qu’il prétendait précisément combattre : le repli et le rejet.

Que s’est-il passé en dix ans ? Comment la pensée identitaire et raciste, héritière du fascisme et du totalitarisme, s’est-elle retrouvée au cœur même de l’État, dans son gouvernement et son sénat ? Comment des idées encore jugées d’extrême droite, se sont normalisées dans le débat public? C’est là tout le processus d’islamophobie que nous dénonçons, en particulier depuis 2015, depuis l’état d’urgence, et qui nous vaut aujourd’hui cette attaque politique. Ne sachant comment réagir aux attaques terroristes, le gouvernement a, à chaque fois, voulu faire des démonstrations de force, la plupart du temps illégales, en s’en prenant de manière violente et délibérée à des musulmans le plus souvent anodins, présentés comme « islamistes ». Cette stratégie a été non seulement inefficace — le terrorisme n’a pas disparu —, mais également nocive et dangereuse, car elle répond précisément à l’agenda des terroristes. Elle valide leur modèle et confirme leur discours. 

Après avoir défendu des milliers de personnes physiques ou morales ciblées par des mesures discriminatoires et injustes, c’est aujourd’hui à notre tour d’en faire les frais. De même que pour bon nombre de cas que nous défendons, la mise en cause du CCIF ne correspond ni à une réalité factuelle, ni à une réalité juridique, mais à une volonté politique : criminaliser la lutte contre l’islamophobie

Aujourd’hui, il y a de sérieuses questions à poser aux services de renseignements, dont les moyens ont été davantage dirigés ces derniers jours contre les associations qualifiées à tort de « séparatistes » que sur les véritables signes de terreur que présentait sur Twitter le terroriste de Conflans, déjà plusieurs mois avant les faits. Il s’agit, de la part du ministère de l’intérieur, d’une diversion hautement habile pour nier sa responsabilité et son échec à préserver la sécurité de tous les citoyens.

Nous l’avons dit, et cela a très vite été démontré par les différentes enquêtes et publications médiatiques : le CCIF n’a strictement rien à voir dans la campagne de harcèlement qui a mené à l’attentat ignoble de Conflans-Sainte-Honorine. Le fait même de devoir le rappeler est une insulte à notre équipe, nos adhérents et tous nos partenaires, qui savent comment nous travaillons. Les faits sont simples dans cette affaire : plusieurs jours après la diffusion et la circulation de la vidéo, nous avons été saisis par le parent auteur de la vidéo afin d’ouvrir un dossier de discrimination, basé sur le fait que l’enseignant aurait demandé aux élèves musulmans de quitter la salle de cours pendant la présentation d’une caricature du prophète Mohammad nu. La première chose que nous avons faite a été de demander à ce parent de retirer immédiatement cette vidéo et de cesser toute communication sur ce sujet, en attendant qu’une personne de l’assistance revienne vers lui pour initier la procédure de vérification des faits, qui n’a finalement pas pu se faire puisque l’irréparable a eu lieu. Compte tenu de ces faits, nous saisirons la justice à chaque fois que nous serons diffamés ou que notre honneur sera sali par des allégations mensongères. En nous accusant, sans preuves, d’être responsables ou mêmes liés à cet acte abominable, le ministère de l’intérieur est en train de signer la fin de l’état de droit.

Dans ces moments sombres, on a un choix à faire : soit on fait le jeu de division des terroristes en visant les musulmans, soit on fait société, en luttant à la fois contre le terrorisme et contre toutes les formes de racisme. Par ces déclarations sur la dissolution du CCIF, ces personnalités politiques jouent le jeu des terroristes, en clivant la société et en obligeant les gens à choisir entre lutte contre le terrorisme et lutte contre le racisme, au lieu de rassembler et de lutter contre les deux. En contournant la loi, et en assumant vouloir « faire passer des messages » par des actes politiques, Gérald Darmanin agit en dehors et contre le droit républicain. Les perquisitions ne sont ainsi plus un outil de contrôle des criminalités réelles, mais un moyen d’intimidation politique. Sous prétexte que les lois actuelles ne lui permettraient pas de « lutter contre l’islamisme », le ministère de l’intérieur enfreint donc la loi en attendant de pouvoir la modifier. C’est un échec majeur, qui ouvre la voie à l’extrême-droite dans sa quête du pouvoir. Si on dit aux musulmans qu’ils n’ont plus le droit de défendre leurs droits, c’est que les terroristes et les racistes ont gagné. Il en va de nos libertés à tous.

La campagne qui est menée précisément contre le CCIF, ainsi que d’autres associations comme la mosquée Omar, « Apprendre & Comprendre », Barakacity ou Ummah Charity, s’inscrit dans une dimension politique trouble. Celle où, depuis plusieurs années, le pouvoir en place développe une stratégie répressive de persécution, qui cherche à tuer politiquement toute contestation… au nom même de la « liberté d’expression ».

% commentaires (18)

Vous clamez depuis le debut que l’islamophobie n’est pas une opinion mais un delit , ce qui est faut en terme de loi , et vous le savez , ce faisant vous entretenez le deni de la loi , et donc l’idée chez certains musulmans que decidemment l’islam est plus fort que la loi et que on ne touche pas à l’islam , en accompagnant ce parent d’eleve vous etiez dans ce qui vous semble etre votre role , sauf que l’irreparable a eu lieu …. c’est le moment de reflechir sur vous meme .

Ainsi parle la Pravda …

Darmanin n’a pas dit que les musulmans n’ont pas le droit de défendre leurs droits ! Je pense qu’il veut dire que par son attitude extrême, consistant entre autre à considérer que toute opinion qui n’est pas partagée par le CCIF est islamophobe, par ses excès, le CCIF n’est pas le meilleur truchement possible entre un musulman et la justice.
Ce qui vient de se passer est gravissime ! Au delà du meurtre horrible, le but recherché est atteint: terroriser ! Terroriser les enseignants d’abord, pour qu’ils s’autocensurent et n’osent plus aborder certains sujets déplaisant aux musulmans. Qui est liberticide le daron ?

Il y’a ce qui est dit et ce qui n’est pas dit. La vision néo-coloniale veut que les musulmans ne prennent pas en charge leur propre destin,ils doivent forcément être chaperonnés ,contrôlés ,formatés ,il en va ainsi du système à la française ,système autoritaire, jacobin et centralisateur . Des opinions bien différentes du CCIF ,s’expriment avec véhémence sur ce forum ,sans qu’il y est de censure, bien des sites n’acceptent aucunement la contradiction ,au nom de la liberté évidemment !!!
Il est évident que ce meurtre est horrible, pourquoi en profiter pour faire des punitions collectives ?

Qui dit qu’il faut chaperonner les musulmans ?
Qui parle de punition collective ? Ne pas faire de procès d’intention.
Liberticide toujours: au Danemark le quotidien Jyllands-Posten a déclaré qu’il ne republierai pas de caricatures, par PEUR pour ses employés. L’assassin a déjà gagné de ce côté en les réduisant au silence.

Le fonctionnement paternaliste tente de nous imposer des « leader » under control ».
Fermer une mosquée n’est donc pas une punition collective ? Ni procéder à des descentes à 6H00 du mat chez des innocents juste pour envoyer un message (dixit le ministre de l’intérieur). Qu’est-ce alors ? une preuve d’amour et de justice ?
Nous ne sommes pas dans l’intention mais dans les faits.Ne mélange pas.
La « liberté » de caricaturer toujours les mêmes est-elle une réelle liberté ? Se souvenir de Siné .

Le daron chipotte ! Fermer une mosquée, cela va toucher quelques musulmans dans une ville, lesquels peuvent se rendre dans la ville d’à côté un certain temps, ce n’est pas une punition collective pour la communauté musulmane ! Si on écoute le daron il sera alors impossible de fermer un lieu de culte qui bafoue la loi car cela gênera toujours quelques fidèles innocents. Un peu de discernement voyons !

Toujours les mêmes le daron ? Je lis Charlie Hebdo depuis son origine. Ils ont toujours brocardé les politiques, les institutions, les religions: le pape, les curés, Jésus, les rabins, Jehowah, les imams, Mahomet… quantitativement les chrétiens ont été plus caricaturés que les musulmans. Vous évoquez le cas Siné (lequel n’était pas en reste sur la critique de toutes les religions), à l’occasion d’un différent avec le directeur du journal à l’époque sur un dessin jugé antisémite. Depuis ce directeur est parti et Siné est décédé. Les dessinateurs de ces deux journaux sont assez en phase sur le droit de critiquer et caricaturer sans entrave. Le problème c’est que les musulmans ne le supportent pas.

Arretez de vous poser en victimes , vous ne risquez rien ; les musulmans victimes de l’arbitraire , du discours guerrier de la parole meme du president , c’est vraiment jouer à se faire peur , nous savons et vous savez que ce  » pouvoir  » n’en a en realité que l’apparence puisque nous avons » choisi  » *de nous demettre de notre souveraineté au profit de la superstructure européenne , et que son discours n’est que verbiage , puisque meme s’il avait la volonté réelle de s’attaquer aux officines de propagande islamiste , ce dont je doute , il en serait empeché par tous les recours que permet la loi française sauf à modifier la constitution , et donc le CCIF , Barakacity ne risquent rien , protegées qu’elles sont par le (Conseil constitutionnel, Conseil d’État, Cour de cassation, Cour européenne des droits de l’homme, Cour de justice de l’Union européenne …) , c’est un fait et parole reste à la loi , dont acte .

* quand nous avions mal choisi par referendum , la representation nationale à choisi à notre place

« Le daron chipotte ! Fermer une mosquée, cela va toucher quelques musulmans dans une ville, lesquels peuvent se rendre dans la ville d’à côté un certain temps, ce n’est pas une punition collective pour la communauté musulmane ! Si on écoute le daron il sera alors impossible de fermer un lieu de culte qui bafoue la loi car cela gênera toujours quelques fidèles innocents. Un peu de discernement voyons ! »
Chipoter sur le droit de manifester sa religion….ben voyons. Ferme t-on les églises dont les prêtres sont accusés de pédophilie ? Réfléchissons deux secondes ,1,2 NON !!! Tu parles de transhumance pour aller dans les mosquées avoisinantes ,sauf qu’avec le Covid les distances de sécurité divise par deux les places disponibles,ben voyons …
La punition collective s’attend à quels résultats ? Une adhésion au concept d’injustice ? Sûrement pas !!!
Quand l’hystérie prend le pas sur la réflexion ,attendons -nous à des décisions administratives ( qui prennent le judiciaire) contre productives.Il faut dire que la France n’excelle pas dans le soft power…

« Toujours les mêmes le daron ? Je lis Charlie Hebdo depuis son origine. Ils ont toujours brocardé les politiques, les institutions, les religions: le pape, les curés, Jésus, les rabins, Jehowah, les imams, Mahomet… quantitativement les chrétiens ont été plus caricaturés que les musulmans. Vous évoquez le cas Siné (lequel n’était pas en reste sur la critique de toutes les religions), à l’occasion d’un différent avec le directeur du journal à l’époque sur un dessin jugé antisémite. Depuis ce directeur est parti et Siné est décédé. Les dessinateurs de ces deux journaux sont assez en phase sur le droit de critiquer et caricaturer sans entrave. Le problème c’est que les musulmans ne le supportent pas. »

Pas de chance pour toi ,je lis aussi Charlie depuis ses débuts,mieux encore je lisais son ancêtre « la grosse Bertha  » dès sa parution à la première guerre du Golfe en 1991….
Il est sûr que ce sont les chrétiens qui sont les plus brocardés ,avec une timidité ( euphémisme) vis à vis du judaïsme. Siné était un vrai anar-libertaire ,dans la veine d’Hara Kiri ,sans concession vis à vis de tous ,sans exclusives .Son mensuel Siné Hébdo reçoit depuis ses débuts ,ma contribution.Il mettait en pratique le « ni Dieu ni maître » ,alors que Charlie, depuis sa prise en main par un Philippe Val devenu un néo-conservateur dans la veine de Léo Strauss le gourou de cette idéologie.Il est bien loin le temps ou Val ,faisant avec Font une paire de chansonnier irrévérentieux.

Pas de chance pour moi ? Pourquoi ? Il y a de plus mauvaises lectures que Charlie Hebdo et Siné Hebdo…. La Grosse Bertha née en 91 ne peut être l’ancêtre de Charlie né en 70 de l’interdiction d’Hara Kiri Hebdo… Et je pense aussi que Val (qui n’est plus aux commandes) n’aurait pas dû censurer Siné. Les juifs sont certainement plus épargnés, mais il faut dire aussi que leur religion n’est que la troisième en nombre après les chrétiens et les musulmans.

Charlie hebdo la mis en sourdine à partir de 1982 jusqu’en ….j’te l’donne en mille …1992 ou sa bouture repris sur la Grosse Bertha.
Val était logique avec son idéologie néo-conservatrice en censurant Siné et ses caricatures ( c’est fort de café quand même….).Troisième religion, pourtant à la base du judéo-christianisme ,bizarre non ?

S’il faut rappeler les ancêtres, citons l’Assiette au Beurre de 1906, je n’ose imaginer les réactions si on extrapolait à Mahommet le traitement subit par Jésus dans ce journal ! Il y aurait de quoi faire exploser la planète…

Le XIX ième Siècle et le début du XX a été une époque prolifique pour les caricatures ,avec une liberté de ton sans commune mesure avec notre temps ou le politiquement correct phagocyte les énergies.

Je viens de finir la vision de Holdub …

Alors qu’en as tu pensé ?

J’ai reagi a chaud sur la page « le droit de reponse du president  » et ce matin je suis effaré de la reaction des medias et de mes confreres , il est decidemment interdit de debattre dans ce pays , en d’autres temps ce documentaire qui pose problemes aurait justifié d’une diffusion foramt  » les dossiers de l’ecran  » avec un debat tenu par un moderateur , calibre alin Jerome , avec Defraissy , Jacob , Perrone , Raoult sur le plateau … or ce matin , rien de celà , une attaque allant meme jusqu’à se poser la quastiond e savoir comment Perronne est il encore en fonction compte tenu des ravages qu’il a commis , je precise que si ravages il y avait la justice en eut eté saisi ce qui n’est pas la cas , ce documentaire a au moins lemerite de refaire l’historique de la gestion de crise par ce gouvernement de minables et la , le verdict est sans appel …il montre a quel niveau de morgue , de mepris en sont arrivé des gens non elu qui imposent une dictaure sanitaire decreté par des epidemiologistes fonctionnant en vase clos sur des modelisations dont la derniere en date  » si on choisit l’immunisation collective en laissant faire , il y aura 400.000 morts  » …. 2h 40 de documentaire , c’est long parfaois indigeste , parfois delirant , mais au moins çà existe et autrement que  » la chloroquine çà sert à rien et de toute façon les français consomment trop de medicaments  » …. il a au moins le merite de poser le probleme des degats collateraux d’une confinemnt catastrophique sur le plan economique , sociologique .. dans une societé dejà malade , en proie à une crise identitaire ,profonde à une emergence violente du fait religieux , d’une ensauvagement generalisé … un debat qui aurait pu rappeller qu’en 1969 la grippe Hong Kong a fait plus de 30.000 morts en France *sans que pour autant on sacrifie une economie et decrete la dictature sanitaire avec ses consequences …mais c’etait une autre epoque qui ne sacrifiait pas à la disctature du regime de precaution …

* chiffres encore controversés allant jusqu’à 60.000 morts

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.