BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Neutralité, islamophobie et hygiène en période de pandémie

#

Le CCIF a déjà pu exprimer ses regrets quant à la constance de l’islamophobie pendant la pandémie de Covid-19. Il convient de se pencher sur un cas concret, un cas vertigineux où les préjugés viennent porter atteinte à la sûreté de toute la population. 

Il s’agit ici d’un hôpital, où parallèlement à la crise du Covid, d’autres préoccupations semblent agiter des membres du personnel et de l’administration. 

Imane est interne, en septième année de médecine, elle vient d’entamer un stage sous la direction d’une nouvelle chef de service. La crise du Covid n’est pas encore passée lorsque sa supérieure lui demande de retirer la charlotte qu’elle porte sur la tête. Abasourdie, Imane demande des explications. D’autres personnes au sein de l’hôpital portent une charlotte, et elles n’ont pas été mises en cause.

En se référant au livret de l’interne, Imane se rend compte qu’il y est stipulé que le refus de retirer sa charlotte est considéré comme une transgression de l’obligation de neutralité religieuse à laquelle sont soumis les internes, agents du service public hospitalier. Ce qui a de quoi étonner: il faut rappeler la décision récente du Conseil d’État portant sur la barbe d’un étudiant en chirurgie, décision qui statuait que le refus de la tailler ne pouvait pas caractériser un manquement à l’obligation de neutralité religieuse des agents du service public. Qu’en serait-il alors d’une charlotte dans le milieu hospitalier ?

Le service hygiène de l’hôpital va confirmer ce qui paraissait évident: bien que la charlotte ne soit pas obligatoire, les vertus hygiéniques de celle-ci sont évidentes. Le service hygiène, très surpris par cette affaire, confirmera évidemment à Imane que l’on ne peut pas lui interdire de porter une charlotte au sein de l’hôpital. Ils sont d’ailleurs dans l’incapacité de fournir à Imane une quelconque autorisation de porter la charlotte, ce qu’ils considèrent comme aussi absurde qu’une autorisation à se laver les mains au gel hydro-alcoolique.  

Une barbe comme une charlotte, qui, sur des individus non musulmans ne sont pas vus comme des signes religieux, ne peuvent pas soudainement en devenir dès lors que la personne concernée porte un nom musulman. Il s’agit clairement d’un traitement différencié fondé sur l’appartenance supposée à la religion musulmane. 

Après un appel de médiation par le service juridique du CCIF, la direction de l’hôpital est mise face à l’absurdité de sa demande. Les pressions sur Imane sont abandonnées par sa chef de service. Un élément déterminant a été le fait de demander une attestation écrite du refus de Imane au sein du stage en raison du port d’une charlotte. 

Lorsque le CCIF entame des négociations, il est parfois étonnant de voir le revirement, le changement soudain d’attitude des discriminants. La peur de suites judiciaires, énoncées lors de la tentative de la médiation téléphonique, ainsi que  l’intrusion de la rationalité face à leurs comportements entraînent bien souvent le retour au bon sens et au droit. 

Dans le cas de la barbe pour l’étudiant en chirurgie, qui depuis est allé travailler en Angleterre, comme dans celui-ci, où l’on va demander à une personne de retirer un outil qui protège les patient de la contamination, on peut parler d’attitudes irrationnelles. Pour ceux qui traquent tout signe distinctif, se défausser d’un chirurgien, ou augmenter les risques de contamination seraient autant sacrifices nécessaires sur l’autel de la neutralité. 

Il nous faut alerter sur ces comportements en sachant combien ils peuvent être dangereux pour le bien de tous. Car cette chasse bornée de la marque religieuse se fait ici dans un cadre particulier, à un moment précis, celui d’une pandémie mondiale. Toutes ces mises en cause ont des conséquences directes sur la qualité du service hospitalier, le bon déroulement de la formation des internes et, par conséquent, le bon suivi des patients. 

% commentaires (9)

Salam aleykoum, ce salut hygiénique ne serait-il décidément pas neutre ?
La planète France est une planète à elle toute seule.Là ou la Terre entière fonctionne de façon cohérente,logique ,intelligente ,nuancée ,la France ou l’absurde se dispute le leader ship avec une idéologie du moyen âge faite de « certitudes » sclérosée, d’idées dépassées,de positionnements abscons qui pourraient prêter à sourire si les implications générées n’étaient aussi catastrophiques pour les personnes qui en sont victimes.Comment comprendre cette attitude puérile ? Comment appréhender cette régression au regard de ce qui se passe partout ailleurs ? Ce pays est-il condamné ad vitam aeternam à subir ses propres passions qui ne peuvent que le corroder ? Une nouvelle génération plus éduquée,au fait de la diversité humaine va t-elle relever le défi pour faire sortir un pays qui végète dans les limbes de ses obsessions auto-suggérée ? Une dynamique positive ne peut que bonifier une France qui en bien besoin.C’est ce qu’on peut lui souhaiter !!!

Cette attitude n’est pas spécifique à la France, mais elle est exacerbée par le concept de laïcité qui, bien qu’initialement un concept de liberté (liberté de conscience), est souvent déformé pour justifier des contraintes sur le mode de vie.

La laïcité poussée à son paroxysme est éminemment français ,imité jusqu’à la caricature par d’autres pays. La laïcité comme le dit si bien Vincent Peillon,est « la religion de l’état » (dixit) et en ce sens rentre en « concurrence » avec les croyances transcendantales ,d’ou quelques frictions .Se cacher alors derrière ce concept pour rogner sur les libertés est bien commode .

je vois pas en quoi le fait de porter une charlotte constitue un signe d’appartenance religieuse , c’est stupide ,au contraire , c’est respecter les regles d’aseptie surtout en periode covid , en revanche , vouloir porter la barbe derriere un masque chirurgical constitue , surtout en chirurgie orthopedique une erreur d’aseptie donc interdiction de bloc operatoire .

Le rasage intégral n’empêche en rien les infections nosocomiales .L’hystérie collective relative à la peur des religions (exceptée la religion laïque évidemment) fait passer des charlottes pour des hijabs .La stupidité est sans fond !!!
Va peut être un jour grandir ,devenir mûr comme la majorité des sociétés qui acceptent le fait religieux tel qu’il est .

la majorité ne fait pas loi .

D’un point de vue démocratique oui. Tu es donc un adepte des concepts à géométries variables ?

je me suis exprimé de façon lapidaire et mal , je vous remercie de le souligner , non … ce que je voulais dire c’est que ce n’est pas parceque cent imbeciles disent une connerie que pour autant ce soit verité , le nombre ne fait pas loi , c’est d’ailleurs , vous qui citait De Gaulle , ce que le grand Charles pensait de l’ONU en la traitant de machin , ce en quoi il avait completement raison, sur la gestion de la guerre d’algerie , je serais plus reservé , …et en manière de pandemie , on pourrait rajouter l’OMS

Bon Dimanche

Ce ne sont pas des dires ,mais des expériences ,beaucoup de pays pourraient en apprendre à la France et je le répète,il n’y a rien d’infamant à s’en inspirer.
Pour la machin,la France ne veut pas ouvrir à d’autres pays le conseil des membres permanents figé à 5 .5 pays qui avec leurs vétos mettent à mal le concept de démocratie.
Bref, nous nous éloignons du sujet qui est l’opportunisme dont font preuve certains pour spolier des droits.
PS : Pour ce qui est de De Gaulle ,ses analyses sur son propre peuple n’étaient pas piqué des hannetons ,nous aurons l’occasion de l’évoquer…. In ShaALLAH…

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.