BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Que cache la notion de « séparatisme » ?

#

Quelques mois après le discours guerrier sur « l’hydre islamiste » qu’il a prononcé au lendemain de l’attaque à la Préfecture de Paris, le Président Emmanuel Macron propose de livrer un plan d’action contre un ennemi à qui il a désormais trouvé un nouveau nom : le séparatisme.

Le Président avait déjà, à plusieurs reprises, évoqué sa volonté de combattre ceux qui veulent faire sécession. Mais avec le « séparatisme », nous avons un nouveau mot qui ne manque pas de violence et qui a, contrairement à « communautarisme », un sens politique plus précis car il place l’enjeu sur un dénominateur censé faire consensus : personne ne peut en effet en vouloir au chef d’État d’établir un plan pour l’unité de la Nation et contre la division.

Une partie du débat public est une affaire de mots, et le choix de ceux-ci a une importance capitale dans la manière dont il va être mené, notamment dans les médias. Pourquoi ce mot apparaît-il aujourd’hui, entre autres à quelques semaines des élections municipales ? Quel est exactement le problème qu’il soulève ?

En y regardant de plus près, la notion de séparatisme intervient dans une histoire récente où le « problème musulman » est amplifié et où sont régulièrement évoqués, sous forme d’accusations, des mots et expressions dont la définition demeure très floue : « islamisme », « islam politique », « communautarisme », etc. Si on prend simplement la notion d’ « islam politique », on peut très vite être confronté à des définitions très divergentes : les sciences politiques parleront des courants, notamment dans les pays musulmans, qui fondent des partis démocratiques sur la base de valeurs musulmanes ; ce qui serait un équivalent musulman des partis chrétiens démocrates, par exemple. Dans le débat public français, « islam politique » est connoté très négativement, et désigne un projet qui aurait pour objectif d’installer la « sharia » (mot qui nécessite également d’être défini correctement) en France.

Dans cette « histoire de mots », il devient impossible de parvenir à un débat serein, sérieux et profond. Le mot « séparatisme » intervient dans ce flou, et ne fait pas grand chose pour le clarifier. Mais il a le mérite de faire résonance avec une idée qui, en réalité, a déjà fait son chemin depuis plusieurs années dans les théories de la droite extrême : l’idée qu’il existerait des « territoires perdus de la République », voire des « territoires conquis », des territoires qui voudraient se séparer de la Nation. Cette idée, en plus de nourrir le fantasme du « grand remplacement », définit à nouveau la France comme une zone de guerre (la notion de « territoire » renvoie aux notions de conquête et de colonisation) qu’il faudrait désormais, dans ce plan que veut proposer Macron, reconquérir.

La notion de « séparatisme », replacée dans son contexte guerrier, résonne donc assez fortement avec le discours d’Eric Zemmour à la Convention de la Droite, lorsqu’il a établi un lien, dans un ton qui n’a rien à envier aux discours fascistes, entre la présence musulmane en France et… la colonisation, par les Européens, des Amérindiens. Ce lien avait déjà été établi par le groupuscule identitaire extrémiste « Volontaires pour la France », qui exhorte les « français de souche » à se réveiller s’ils ne veulent pas finir exterminés comme les Amérindiens.

Évidemment, cette comparaison est d’autant plus ridicule que si elle devait être faite, ce serait plutôt les populations indigènes musulmanes qu’il faudrait rapprocher des Amérindiens. Mais quand on veut présenter « le musulman » comme un envahisseur, il ne faut surtout pas le placer dans l’histoire des colonisations et de l’immigration. Car alors, la notion de séparatisme prendrait un sens tout autre : celui de la discrimination, de la ghettoïsation et de l’apartheid.

Tant que les autorités refuseront de voir qu’il n’existe en France aucun groupe qui souhaite s’auto-exclure, et que les processus de repli communautaire sont les effets des politiques discriminatoires et racistes, la lutte contre le séparatisme telle qu’elle est annoncée ne fera que nourrir davantage de séparation, comme celle-ci est d’ailleurs mise à l’œuvre par le ministre de l’intérieur, qui se félicite du nombre de lieux de cultes et d’écoles privées qu’il est parvenu à faire fermer, par tous les moyens possibles (en invoquant une nouvelle notion lors de son audition : « l’entrave systématique »). Ces méthodes, héritières de l’état d’urgence, n’ont rien d’une lutte contre le séparatisme, au contraire. Et au lieu de s’attaquer aux sources du problème, on ne fera qu’alimenter un cercle vicieux qui risque de nourrir les extrémismes.

% commentaires (7)

Le repli communautaire n’est pas l’effet de politique discriminante ! Le repli communautaire est avant tout une histoire de Français de souche, c’est eux qui fuient les étrangers (c’est nous qui fuions en masse les quartiers où les musulmans s’installent et autres noirs africains s’installent) et ce depuis plus de 40 ans … les causes sont multiples et variées (l’insécurité, trafic de drogue, islamisation, saleté, incivilité, écoles remplie de voyoux et sans aucune perspective d’avenir etc..). bref nous arrivons au bout du bout, le moment où les politiques commencent à comprendre que l’immigration même de deuxième ou troisième génération, ce n’est pas la France… la prochaine étape sera de supprimer la double nationalité pour les extras européens et les allocations social qui vont avec… sans oublier la reprise dès logements sociaux pour les remettre à des Français de souche qui eux sont chez eux… n’oublions pas non plus de demantele les ASBL affiliés à des pays étrangers et déclarons terroriste tous ce qui soutiens l’islam politique (frères musulmans, les organisation islamique turque et tout ce qui va avec) et pour Ca, va falloir voter RN parce que macron est un immigrationiste et que la gauche est bouffer par l’islamisme (voir l’affaire mima)

Votre commentaire démontre clairement les idées primaires et abjectes du RN.

Des idées Primaires et abjectes pour la gauchiasse, les étrangers, les riches et autres (citoyens) issus de ce que l’ont appelle le tout Paris (artistes, journaleux, sportifs) etc.. mais pour le petit peuple de travailleurs mec, ce ne sont pas des idées primaires et abjectes… ce serait un juste retour à un début de normalité !

Philippe, ses commentaires répondent aux stimulus du cerveau reptilien …

Il y a beaucoup de reptiliens en Europe alors… et même dans le monde ! Petit rappelle, les USA ont interdit l’entrée du terictoir aux musulmans… les moines boudhistes (pourtant très pieux) sont entrer en guerre contre les musulmans après avoir été attaquer ! L’Europe a été en état d’alerte pendant des mois suite à de multiples attentats islamique commis par des musulmans… les suédois ne veulent plus de musulmans… l’Italie a été jusqu’à fermer ces port…. la Grèce a fermer sa frontière et la population se constitue en milices de protection du peule…. la Pologne, Hongrie, République tchèque et la Bulgarie ne veulent pas de vous n’ont plus… bref c’est partout dans le monde… votre communauté et haie de partout… pourquoi ? Posez la question, c’est déjà y répondre… meme entre musulmans vous vous entretuer et venez ensuite emmerder les gens dans leurs pays où il faut vous entretenir de À à Z de génération en génération avec en prime l’obligation’de subir votre délinquance et votre culture rétrograde dont personne ne veut dans le monde…

D’après Le Monde, les déclarations de Macron concernent seulement la suppression d’ElCRO, pas de l’enseignement des langues et cultures d’origine en général. La déclaration n’est heureusement pas une nouvelle atteinte à la liberté.

Salam aleykoum, ce salut est-il séparatiste ( lol )
Ah la sémantique et ses charmes,tout un programme (politique).
Que n’entendons nous pas de la part de nos édiles qui se doivent de faire du charme à leur public pour trouver grâce à leurs yeux. Bien heureusement, les musulmans ont le dos, large,très large. Un nouveau concept nous est pondu « le séparatisme » ,concept qui prête à sourire pour qui connait la réalité de terrain. Ce concept bien évidemment ne s’adresse pas à eux mais aux « aveugles » qui n’ont, que les faiseurs d’opinions, comme boussole d’informations ( en fait de communication, qui est comme nous le savons est une information au profit de l’émetteur).Ce choix sémantique permet de se débarrasser du mot communauté qui pouvait entre autre se rapporter à la « communauté juive ou LGBT  » par exemple. Les musulmans passe donc dans la catégorie supérieure avant celle de la sédition,de l’indépendantisme et plus si affinité….
Nos borgnes savent y faire en imposant des éléments de langage pris et repris par tout nos Perroquets . Cela prête à sourire si l’ambiance hexagonale n’était pas aussi délétère.
L’Histoire jugera….

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.