BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

« Dans ses yeux, j’ai vu la haine » : récit de la femme poignardée à Sury-le-Comtal

#

Plusieurs choses se sont dites dans les médias depuis le 11 septembre 2019, jour où Sylvia (le prénom a été changé), femme musulmane qui porte un foulard, a été poignardée près de Saint-Étienne. Le CCIF a reçu son témoignage ainsi que celui de son époux, et leur a attribué un avocat dans cette affaire dont le motif raciste et islamophobe a étrangement très vite été écarté par les autorités. Les éléments du témoignage apportent pourtant un éclairage tout autre.

Les faits ont eu lieu mercredi dernier à 18h13 : Sylvia vient de se garer dans le parking d’un parc du village, accompagnée de ses deux filles (2 ans et demi et 3 ans et demi). Elle détache sa fille aînée, puis récupère un sac dans le coffre, et pendant qu’elle détache sa deuxième fille, côté droit, un homme s’approche d’elle :

« Il était face à moi, et il parlait tout en se rapprochant de moi — pour me demander un renseignement. Je lui ai d’abord fait un sourire, mais quand j’ai vu son couteau, je lui ai dit « non ! ». Et c’est là qu’il a arraché mon foulard et a commencé à me donner des coups de couteau. J’ai essayé de m’en sortir en passant sous la portière ; j’étais donc au sol. Là aussi, il m’a donné des coups dans le dos. »

À ce moment, une voiture est arrivée dans le parking. Le conducteur, témoin d’une partie de la scène, a vu Sylvia à terre, et lorsqu’il est descendu de sa voiture, l’agresseur a pris la fuite. Sylvia a pu remonter dans la voiture et est partie rejoindre son mari, dans le centre (à deux minutes du parc).

« Je l’ai vue arriver sans foulard, en panique. J’ai compris que quelque chose n’allait pas »

Driss (le prénom a été changé), le mari de Sylvia, est assis à la terrasse d’un café quand il voit arriver son épouse, en sang, et sans son foulard, qui lui klaxonne de loin. Le pied dans le plâtre, il appelle un ami pour qu’il les emmène à l’hôpital. Aussitôt il appelle également la police : il est 18h22.

« Tout s’est passé très vite. Quand je l’ai vue, j’ai eu peur pour elle. J’ai vu ma femme en sang. Je l’ai vue arriver sans foulard, en panique. J’ai compris que quelque chose n’allait pas. Heureusement, l’agresseur avait un petit couteau, et les blessures n’étaient pas mortelles. Mais ce n’était pas des éraflures, il l’a poignardée sept fois, il a enfoncé le couteau sept fois ». Suite à ses blessures, Sylvia a reçu 15 jours d’ITT, par l’unité médico-judiciaire. 

« Regardez-moi dans les yeux ! C’est pas fini ! »

Le témoin et un collègue de Driss ont pu rapidement suivre l’agresseur, qui s’était abrité dans le jardin d’une maison, à côté du parc. Lorsqu’ils lui ont demandé si c’était lui l’agresseur, il leur a répondu, d’un sang froid « Vous ne vous rendez-pas compte des accusations que vous faites ». Quand ils ont insisté, il a fait des menaces de mort, les a attaqués au couteau et a dit « Regardez-moi dans les yeux ! C’est pas fini ! ». Il aurait également parlé du chômage au moment de son interpellation.

Ce qui a surtout été mis en évidence dans la presse, avant même que ne soit menée une enquête, c’est que l’agresseur était dépressif et en état d’ébriété. Il apparaît cependant qu’il était suffisamment conscient pour préméditer son acte en feignant de demander un renseignement à Sylvia, mais aussi pour nier les faits une fois confronté à ses actes. Les témoins présents lors de son interpellation le présentent également comme un individu lucide.

Aucune réaction du maire

Driss est déçu que le maire de Sury-le-Comtal, Yves Martin, n’ait pas encore réagi à cet acte : « À part de notre entourage, on n’a eu aucun soutien. Pourtant quand ma femme est sortie de la voiture pour aller du côté passager, tout le monde l’a vue, en sang. Les femmes du village sont choquées. Certaines ont peur de sortir, maintenant. Et il n’y a pas eu ouverture de cellule psychologique. Ça devrait être normal ». 

Le foulard d’une mère ciblé devant ses enfants

L’histoire de Sylvia est symptomatique du lien que nous dénonçons au quotidien entre d’un côté l’islamophobie institutionnelle, celle qui discrimine silencieusement en grande partie les femmes musulmanes, notamment quand elles portent le foulard, et d’un autre côté les violences islamophobes (agressions physiques et verbales contre des musulmans). Qu’il soit violemment arraché par un agresseur ou pointé du doigt par un responsable politique, un polémiste ou autre figure médiatique, le foulard d’une femme musulmane est constamment construit comme un problème dans le champ visuel français, et donc comme une cible.

Les enfants assistent à cette mise à l’index permanente de leurs mères et il est temps de réfléchir sérieusement au monde que nous voulons leur raconter. Les parents sont encore aujourd’hui peinés par le traumatisme qu’a vécu leur fille de 2 ans et demi : « Elle fait des cauchemars. À chaque fois qu’il y a une personne qui rentre chez moi, elle se met à pleurer et elle a peur », nous raconte son père, Driss.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.