BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Peut-on être musulman et travailler dans une centrale nucléaire ?

#

C’est la question que pourrait se poser Amir depuis janvier. Depuis deux ans, il travaille comme électricien spécialisé dans la maintenance nucléaire. Rentré de vacances d’hiver, on lui apprend, sans lui donner de raison, qu’il ne peut plus avoir accès à la centrale nucléaire. Exigeant une justification à ce refus, il saisit le Ministère de la transition écologique et solidaire, qui maintient le refus, puis saisit le Tribunal administratif de Toulouse.

C’est lors d’une première audience, en avril, qu’Amir apprend les raisons de son interdiction : il serait « salafiste » et serait connu par la justice pour « des faits de menace de crime ». Amir a pourtant un casier judiciaire vierge : il décide alors de déposer une nouvelle requête en référé afin de contester le mensonge dont il fait l’objet. Entre temps, les investigations menées ont témoigné du double mensonge des services de renseignements :

Sur la pratique religieuse et le « salafisme », son entourage, la mosquée de la ville et ses anciens employeurs témoignent en faveur d’Amir. Et sur l’accusation de « menace de crime », il s’avère qu’elle est fausse et qu’elle a été volontairement amalgamée par l’administration.

En effet, après avoir pris connaissance que l’administration, pour justifier son exclusion, avait relevé des faits de crimes dont il aurait été l’auteur, Amir a saisi le Tribunal compétent qui a clairement indiqué que Amir : « n’est pas connu pour des faits de menace de crime, mais pour une autre infraction de violences sans ITT, laquelle a été classée sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée le 14 mars 2018 ce que omet –volontairement l’administration », indique Me Sefen Guez Guez, son avocat.

Une fois dévoilés, ces mensonges ont permis à Amir, par l’intermédiaire de Me Sefen Guez Guez, de saisir à nouveau le Tribunal administratif de Toulouse. La nouvelle requête en référé sera examinée ce mardi 18 juin à 16h. Nous comptons sur votre soutien.

Le CCIF dénonce cette politique préventive (malheureusement à l’œuvre dans plusieurs affaires depuis l’état d’urgence) qui ne se prive pas de mentir par altération de la vérité ou par omission volontaire, et qui clairement a pour objectif de discriminer et de jeter le soupçon sur des employés — impliquant par-là un licenciement — en raison de leur appartenance réelle ou supposée à l’islam. Nous sommes là, clairement, confrontés à une discrimination islamophobe.

% commentaires (2)

Moi j’ai perdu mon emploi de technicien en radioprotection car musulman … je travaillais depuis 7 ans sur les sites nucléaires et du jour au lendemain j’ai été exclu …
Toujours en procès contre l’état , ça dur depuis septembre 2015…

L’islamophobie d’état n’est pas un secret.Les musulmans sont considérés comme les 5 ième colonne.L’hypocrisie systémique se cache derrière des discours convenus pour essayer de travestir la réalité.
« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps »
Abraham Lincoln

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.