BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Restaurant l’Avenue: le CCIF demande au Parquet de Paris d’ouvrir une enquête

#

L’enquête de Buzzfeed parue hier révèle que le directeur du très chic restaurant l’Avenue, rue Montaigne à Paris, a mis en place depuis des années un véritable système discriminatoire visant notamment à refuser l’accès à son établissement à toutes les femmes voilées, et toute autre personne non blanche, pas assez “belle” pour le standing du restaurant.

Dans une autre affaire, celle du restaurant Le Cénacle, le gérant avait été condamné à 5000 euros d’amende notamment pour discrimination dans la fourniture d’un service en raison de l’appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public.

Alexandre Denis, directeur de l’Avenue, avait pour habitude de sommer ses employé.e.s de refuser toute réservation de personnes avec un nom “d’origine arabe”, en justifiant que le restaurant était plein. Cette pratique totalement illégale a été mise en place pendant des années comme en témoignent les salarié.e.s dans l’article de Buzzfeed.

 

En plus de son entreprise islamophobe, M. Denis avais déjà fait l’objet d’une plainte pour harcèlement sexuel et moral envers une employée. Il n’est pas étonnant de voir qu’un discriminant envers les femmes voilées se rend également coupable d’actes sexistes envers les femmes. L’islamophobie est un sexisme comme les autres.

 

Dans notre rapport portant sur l’année 2017, nous sommes parvenus à établir que 88,5% des victimes d’agressions avec plus de 8 jours d’ITT sont des femmes. Il n’est pas acceptable qu’aujourd’hui, le fait d’être une femme, aux identités multiples, à la religion visible, empêche d’accéder aux biens et services accessibles à tous. Les libertés individuelles sont plus que jamais menacées par la multiplication de comportements déviants comme celui de Alexandre Denis.

Aussi, nous attendons une réaction ferme de la part de Marlène Schiappa, pour condamner toute pratique discriminatoire envers les femmes musulmanes, car elles aussi font partie intégrante de la communauté nationale.

Le CCIF  demande dès à présent au Parquet de Paris d’ouvrir une enquête pour refus de fourniture d’un service en raison de l’appartenance religieuse, sanctionné par la loi par une amende de 75 000€ et cinq ans d’emprisonnement. Nous appelons également l’ensemble des acteurs de la lutte contre le racisme à nous rejoindre dans notre requête auprès du Parquet de Paris.

#EgalitéPourToutes #EnsembleNousSommesPlusForts

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.