BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Bac : Des lycéennes portant le foulard saisissent le CCIF après des fouilles abusives

De jeunes lycéennes ont été humiliées avant de passer leur bac, après une fouille très poussée. La raison ? Le voile que ces jeunes filles portaient. Deux d’entre elles ont décidé de saisir le CCIF.

Le 15 juin dernier, au Lycée Victor Hugo, les élèves s’apprêtent à passer les épreuves anticipées du bac de français. Une fois installées dans la salle d’examen, une dame vient dans la salle et lance : « les filles voilées on va procéder à la fouille ».

Elles étaient sept filles portant le foulard, venant du lycée privé Méo High School (MHS). Pensant à un simple contrôle des oreilles, pour vérifier l’absence d’écouteurs, elles se sont finalement confrontées à un contrôle anti-fraude abusif.

Une des élèves, en 1ère S, nous raconte alors avoir été emmenée dans des vestiaires où se trouvait la chef d’établissement qui observait et la principale qui a eu des demandes bien particulières :

« Elle me demande d’enlever mon voile, de secouer mes cheveux et de passer mes mains dans mes cheveux. Elle me demande de retirer mon gilet et de me retourner pour voir au niveau de mes poches arrière. J’ai été déstabilisée par cette fouille abusive, et je ne savais pas quoi faire à part exécuter ce qu’on me demande. Mes camardes en jupe devaient lever leurs jupes et écarter leurs jambes ».

Cette fouille a empêché les jeunes filles d’être concentré durant leur épreuve. De fait, elles ont raté l’explication du déroulement de l’épreuve

« j’étais perdue je ne savais pas comment remplir ma feuille et je ne savais pas s’il y avait des consignes particulières. Je me suis sentie vraiment mal pour le reste de l’épreuve ».

Au fil de son témoignage, la jeune fille s’étonne, et à juste titre, d’avoir été les seules à subir ce contrôle :

« aucune autre fille n’a vu ses cheveux être fouillés. Tout le monde était habillé et pourtant personne n’a vérifié leur jean, leurs cheveux, leur gilet… J’étais vraiment perturbée durant l’épreuve, je ne comprenais pas pourquoi tant d’accusations indirectes. Je me suis sentie profondément discriminée et humiliée par ce dysfonctionnement ».

Le lundi 19 juin, les élèves de 1ère ES ont passé leurs épreuves de sciences et ont de nouveau étaient fouillées de façon abusive. C’est à ce moment que Randa, également élève au lycée privé Méo high school (MHS) a décidé de témoigner sur Twitter

 

Le CCIF a été saisi par les parents de deux de ces filles, afin de faire valoir leurs droits. De fait, venant d’un lycée privé, ces jeunes filles ne sont pas concernées par la loi de 2004. Elles peuvent être soumises à un contrôle anti-fraude mais qui n’outrepasse pas les limites.

D’ailleurs, la circulaire du 18 mai 2004 article II paragraphe 2.3.1 est très claire en la matière :

« La loi ne concerne pas les parents d’élèves. Elle ne s’applique pas non plus aux candidats qui viennent passer les épreuves d’un examen ou d’un concours dans les locaux d’un établissement public d’enseignement et qui ne deviennent pas de ce seul fait des élèves de l’enseignement public. Ceux-ci doivent toutefois se soumettre aux règles d’organisation de l’examen qui visent notamment à garantir le respect de l’ordre et de la sécurité, à permettre la vérification de l’identité des candidats ou à prévenir les risques de fraudes ».

% commentaires (3)

Salam aleykoum
Albert tu trouves Normal que parce que ta fille porte un tatouage avec une tête de mort ou des vêtements avec écrit dead dessus je vais la fouiller au corps.

Pas besoin d’être musulmans pour comprendre mais juste être humain .

Je m’étonne qu’en 2017 des personnes issues de pays développés puissent dire « 100% des islamistes sont musulmans ». L’académie nationale nous a tous enseigné les bases idéologiques des 3 religions monothéistes…

Ou sont vos sources ? Pourquoi vous parlez d’islamisme ? Les surveillantes les ont fouillé pour vérifié si elles n’avaient pas d’anti sèche sûrement, et la blonde en mini jupe comme vous dites, elle aurait bien pu caché une anti sèche sous cette jupe également! Vous voyez bien que c’est de la discrimination qu’on vécu ces jeunes filles.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.