BP 21 50 AVENUE DU PRÉSIDENT WILSON 93213
01 49 21 22 22

Harcelée, une famille irakienne retrouve pieds de cochon et un rat coupé en deux devant leur habitation

Sans vos adhésions et vos dons, nous n’aurions pas pu apporter assistance à cette famille.

Depuis plusieurs mois, la famille Tamim* originaire d’Irak et nouvellement établie en France en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, est devenue le centre d’attention autour de leur lieu d’habitation. Malgré un mari handicapé et une vie sans histoires, les Tamim* se retrouvent harcelées par des sympathisants du Front National, ciblée par leur banque et abandonnée à leur sort par le commissariat local.

Tout a commencé par une banale affaire de chèque. Le mari, à la tête d’une entreprise informatique, a été payé par un de ses clients  avec un chèque volé. La transaction n’ayant occasionnés  aucun désaccord notable, Mr Tamim n’a pas soupçonné le client. Mais lorsque son épouse se rend sur leur compte en ligne, elle réalise que leur banque a bloqué leur compte sans les prévenir. 

Pour s’enquérir de la situation, Madame Tamim se rend à la banque, qui lui réserve un accueil glacial. A peine entrée, elle s’entend dire devant témoins: « Arrêtez de voler l’argent de chez nous !! Rentrez chez vous !! ». Non contents d’avoir humilié leur propre cliente, les responsables de la banque ont procédé à la fermeture de leur compte en les invitant à porter plainte contre la personne ayant utilisé le chèque volé.

Après cette humiliation publique, elle en affrontera une autre au commissariat local. A ses requêtes, elle se voit refuser de pouvoir déposer plainte pour le chèque volé au profit d’une simple main courante, mais aussi de porter plainte contre l’agent bancaire qui l’a insultée en public. Pourtant les fonctionnaires de police ont pour obligation d’enregistrer les plaintes au titre de l’article 15-3 du code pénal.

Si on avait voulu faire croire à un harcèlement, on ne s’y serait pas pris autrement. En effet, alors qu’elle se rendait à l’école de ses enfants pour aller les chercher, un homme n’a pas hésité à cracher sur son foulard et à lui ordonner de rentrer chez elle. Déjà marquée par son expérience au commissariat local, elle a préféré ne pas porter plainte, pensant en même temps que le fait de ne pas connaître l’auteur de cet acte l’empêchait de faire valoir ses droits.

Après son passage au commissariat, le harcèlement s’est poursuivi. Cette fois-ci, c’est sa boîte aux lettres qui a été remplie de tracts du Front National tandis que son nom de famille avait été arrachée. Cette scène s’est reproduite plusieurs fois. Plus récemment, des voisins ont glissé sous sa porte un tract du FN. 

Allant crescendo, la dernière attaque en date fait état de pieds de cochon et d’un rat coupé en deux déposés devant chez elle pour lui intimer l’ordre de partir. La semaine dernière, c’est un morceau de ferraille qui a été jeté sur son balcon.

Les inquiétudes et le sentiment d’insécurité de la famille sont partagés par le CCIF qui suit ce dossier avec la plus grande attention. La famille Tamim tente actuellement de retrouver un logement plus en sécurité. 

Le CCIF a  rédigé une relance au procureur pour la plainte pénale qui a été déposée et un courrier au Maire pour l’informer de la situation, lui demander de réagir au regard des compétences qui sont les siennes et d’apporter son soutien pour reloger la famille effrayée.  Suite à ce courrier, la famille a pu rencontrer le maire de la ville qui a fait part de son soutien pour les aider à se reloger.

La famille pourra compter sur le CCIF pour lui apporter le soutien nécessaire, tout en faisant valoir ses droits dans les préjudices dont elle a fait l’objet. 

Sans vos adhésions et vos dons, nous n’aurions jamais pu soutenir la famille Tamim. 

Nous avons besoin de vous pour vous aider.

Donnez au CCIF

Adhérez au CCIF

Articles associés

% commentaires (4)

Barak allah fikoum le ccif je suis la victime

Quelle bande de lâche de s’en prendre à une famille dont le mari est handicapé. Quel est le nom de la banque que je sache au moins où ne pas mettre mon argent.
Je soutiens cette famille qu’il soit chrétien ou musulman comment peut-on faire subir ces atrocités à des familles ayant déjà connu l’horreur de l’invasion américaine,des milices pro-chiites,pro-Daesh en Irak et maintenant le FN.
Bon courage à la famille si vous avez besoin d’aide nous sommes là.

Cette région (surtout le Limousin) n’est pas connue pour son ouverture, courage à cette famille

Biensur il faut soutenir les opprimés d’où qu’ils viennent!
Mais mettre dans le même sac les milices pro chiite et daech ET laisser ce commentaire passer fait montre d’ignorance évidente ! Comme ceux qui parle du vivre ensemble mais que entre eux!

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.